GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Novembre
Samedi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Chez Im Sang-soo, «L’Ivresse de l’argent» et la beauté crèvent l’écran

    media "L'ivresse de l'argent" du réalisateur coréen Im Sang-soo. Festival de Cannes 2012

    Le réalisateur coréen Im Sang-soo lance au Festival de Cannes un brûlot cinglant sur notre époque. L’ivresse de l’argent nous plonge dans l’ivresse d’une société où le fossé entre les riches et les pauvres se creuse de plus en plus. Une fresque sublime des coulisses décadentes d’un empire industriel en Corée du Sud. Les politiciens, la justice, les femmes, la bonne conscience, tout est acheté avec des valises remplies d’argent sale.

    C’est par un code d’accès qu’Im Sang-Soo nous ouvre son film. Un jeune et bel homme, montré de dos, passe la porte métallique et pénètre dans une salle où s’entassent des cartons, débordants d’argent. Un vieux monsieur lui conseille : « Tout le monde le fait. Goûte-le aussi ».  Le jeune prend alors quelques liasses, les renifle et les embrasse avant de remplir deux valises et de s’en aller. Bienvenu dans la vie de Young-jak, secrétaire de Madame Baek, dirigeante d’un puissant empire industriel coréen.

    « Vous êtes une petite tâche sale »

    Le long métrage est une longue descente dans l’univers impitoyable de l’argent, du sexe, du pouvoir et des castes. « Vous ne seriez jamais à notre niveau. Vous êtes une petite tâche sale ». Voilà ce qu’entend Young-jak lorsqu’il conteste une fois l’autorité des ayants droits de cette oligarchie des plus riches.

    Lui, il est amoureux de Nanni, qui déteste qu’il fasse des courbettes pour la saluer. Mais pour ne pas perdre son boulot, il couche avec la mère de la fille, sa patronne. Sur les draps en satin rouge, le dégoût est palpable, mais encore plus l’ambition d’une carrière dorée.

    « L’argent propre n’existe pas »

    Dans ce monde, « l’argent propre n’existe pas ». La morale non plus. Et cela n’est pas seulement un choix, mais surtout une obligation. Quand le mari de la patronne (« il ne vient pas de notre milieu ») veut la quitter pour une bonne de la maison, la fin ne peut être que tragique en chantant une sonate de Schubert dans une baignoire.
     

    Le réalisateur coréen Im Sang-soo, né à Séoul en 1962. Wild Side Films / Le Pacte

    Dans L’ivresse de l’argent, le point de vue de la caméra reflète aussi la hiérarchie sociale et la beauté crève l’écran. Il y a les stars de la jeune génération coréenne : le très populaire Kim Kang-woo joue le rôle du secrétaire privé Young-jak, l’actrice-mannequin Kim Hyo-jin incarne Nami, la fille. Et puis toutes les interprètes des soirées fines avec des prostituées. Mais il y a surtout la jolie maison décorée avec de très beaux tableaux et sculptures (de Jim Dine, Erro, Arman jusqu’à Hong Kyoung-tack, Hwang Se-joon ou Noh Jae-woon) qui contrastent avec le mode de vie pourri de ces riches et cyniques. Quand ils parlent à table de leurs prochains crimes, corruptions ou trahisons, il s’y trouve toujours des grands vins. La caméra tourne souvent autour des protagonistes. Le film s’arrête aux questions essentielles. La seule valeur qui prévaut parmi ces riches, c’est le mépris : « Tu imagines la Corée sans nous ? » « Impossible ».
     
    Le Berlusconi coréen


    Avec des scènes à la fois très épurées et grandioses de corruption et de soirées « bunga-bunga », le réalisateur fait volontairement allusion à la situation de la Corée du Sud où l’actuel président a souvent été comparé à Silvio Berlusconi. Il nous livre aussi une sorte de suite de son film The Housemaid, présenté à Cannes en 2010. Nami n’est personne d’autre que la jeune fille qui avait aspiré à la noblesse de cœur en respectant aussi les personnes d’une autre classe sociale.

    Dommage qu’Im Sang-soo perde à la fin un peu le fil de cette histoire si bien racontée en transformant ce monde pourri, cette addiction à l’argent, en une simple comédie humaine beaucoup moins convaincante. Ce qui reste est la première partie : la grande fresque emblématique de la société coréenne contemporaine.

    NOTRE DOSSIER SPECIAL

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.