GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 18 Novembre
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 23 Novembre
Vendredi 24 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Décryptage avec nos invités, Liesl Louw Vaudran et Stéphanie Wolters, de l'Institut d'études et de sécurité de Pretoria -ISS-, Daniel Compagnon, professeur à l'Institut d'études politiques de Bordeaux (Centre d'études d'Afrique noire), Jean-Baptiste Placca, éditorialiste à RFI, et nos envoyés spéciaux à Harare et correspondants régionaux.

    France

    Les couacs du vote électronique testé par les Français de l'étranger

    media C'est la première fois que les Français de l'étranger sont amenés à élire leurs députés. Getty Images/sot

    Les Français de l'étranger représentent 1 million d'électeurs. Ils ne pourront pas tous se déplacer pour voter les 2 et 3 juin prochains. Ce sera pourtant la première fois qu'ils pourront eux aussi élire des députés. Mais désormais, grâce au vote électronique, plus besoin de se déplacer. Il a débuté mercredi 23 mai et dure une semaine. Cette nouvelle modalité de scrutin rencontre un certain succès mais aussi quelques dysfonctionnements.

    Sur un million de Français vivant à l'étranger, 700 000 ont communiqué une adresse électronique à leur ambassade. Ce sont autant d'expatriés qui peuvent donc dorénavant élire leur député via internet. Mais en deux jours, seulement 45 000 d'entre eux ont voté sur un site dédié.

    Car le processus connait quelques ratés. Des électeurs n'ont pas pu voter a cause d'un logiciel inadapté. Mais au-delà des problèmes techniques, certains contestent la sécurité du processus. François Saint-Paul, directeur des Français de l'étranger, se veut pourtant rassurant. Il affirme que le secret du vote est entièrement respecté.

    « Nous sommes contrôlés par la CNIL et par l'Agence national de sécurité des systèmes d'information. Nous avons aussi des audits. Je peux vous dire et vous assurer aussi que le bureau de vote électronique est extrêmement vigilant sur cette question, promet François Saint-Paul. Car il y a un bureau de vote électronique, auquel participent des élus. Et l'ensemble du dispositif est mis sous scellés dans un endroit inaccessible pour permettre toutes les garanties de sécurité ».

    Le vote des Français de l'étranger, expérimentation grandeur nature du scrutin électronique, devra encore faire ses preuves avant d'être généralisé. Aux Etats-Unis, qui font figure de pionnier, son utilisation est toujours contestée.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.