GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Nicolas Sarkozy prend les devants dans l’affaire Bettencourt

    media Me Thierry Herzog (C) avait déjà défendu Nicolas Sarkozy dans le procès Clearstream. Gonzalo Fuentes/Reuters

    Soupçonné par certains d'avoir fait financer une partie de sa campagne 2007 par l'héritière de l'Oréal et son mari, Nicolas Sarkozy vient d'adresser un pli qui sort de l’ordinaire au juge instructeur, Jean-Michel Gentil. Il s’agit d’une copie de son agenda détaillé de ministre de l'Intérieur, accompagnée d'une lettre de sept pages, rédigée par son avocat Thierry Herzog.

    Nicolas Sarkozy et son avocat ont pris tout le monde de court. En premier lieu, le juge bordelais Jean-Michel Gentil, forcément surpris de cette démarche unique en son genre, qui intervient quelques heures à peine après la fin de l'immunité de l'ancien président de la République. Mais aussi ses détracteurs, qui n'imaginaient sans doute pas une seconde que l’ex-président serait le premier à vouloir s'exprimer devant la justice.

    Visite de courtoisie

    On croyait l'acculer à se justifier et c'est lui qui prend l'initiative de fournir des preuves matérielles pour se défendre. Ces preuves, c'est d'abord la copie certifiée conforme de son agenda 2007, un agenda privé et professionnel à la fois, tenu par la même secrétaire depuis vingt ans. C'est aussi une longue lettre rédigée par l'avocat Thierry Herzog pour démontrer, heure par heure, que celui qui était à l'époque ministre de l'Intérieur n'a matériellement pas pu se rendre, secrètement et sans escorte, à plusieurs reprises au domicile des Bettencourt.

    Sur l'agenda, un seul rendez-vous chez eux est noté : celui du 24 février 2007, à l'heure du déjeuner. Une simple visite de courtoisie entre voisins, selon Nicolas Sarkozy, qui ne l'a d'ailleurs jamais cachée. La balle est à présent dans le camp du juge. Il va devoir éplucher ces documents ligne par ligne, entendre probablement Nicolas Sarkozy en personne et le confronter ensuite aux autres témoins qui sont légion dans cette affaire où onze personnes, dont l’ancien ministre du Budget et du Travail Eric Woerth, ont déjà été mises en examen.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.