GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 30 Juillet
Dimanche 31 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Disparition d’une espèce de tortues géantes aux Galapagos

    media

    On le connaissait sous le nom de « Georges le Solitaire ». C’était le dernier spécimen vivant de l’espèce de tortues géantes de l’île de Pinta, dans l’archipel des Galapagos. C’était sans nul doute l’un des animaux les plus photographiés, les plus emblématiques de la planète. Il est mort ce dimanche.

    Avec notre correspondant à Quito, Eric Samson

    Le dimanche 24 juin 2012 est probablement la date qui figurera bientôt dans bien des livres d’Histoire naturelle pour marquer la disparition officielle d’une espèce de tortues géantes des Galapagos. C’est le plus souvent dans l’anonymat de la forêt ou des océans que les espèces s’évanouissent sans parfois que les hommes ne les remarquent. Ce ne sera pas le cas de Georges, la tortue la plus fameuse de la planète.

    On le savait très vieux – il avait probablement dépassé un bon siècle de vie – mais Georges n’était évidemment pas immortel. Il est mort dans son corral spécialement aménagé dans les installations du parc national Galapagos à Puerto Ayora, sur l’île de Santa Cruz.

    Son soigneur Fausto Llerena l’a trouvé inerte dimanche matin. Georges se dirigeait apparemment vers son point d’eau. Son cadavre a été immédiatement placé en chambre froide pour qu’une autopsie confirme la cause de la mort, probablement une crise cardiaque.

    Georges était devenu le symbole de la nature menacée. On croyait déjà son espèce éteinte lorsqu’une expédition le découvre sur son île natale de Pinta en 1972. Malgré tous les efforts du parc, il n’a jamais été possible de le faire se reproduire.

    L'archipel, situé à environ 1.000 kilomètres à l'ouest des côtes équatoriennes, est composé de 13 îles principales et 17 îlots. Il fait partie depuis trente ans des sites classés par l'Unesco comme patrimoine naturel de l'humanité, pour la richesse particulière de sa faune et de sa flore maritime et terrestre.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.