GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Aujourd'hui
Dimanche 25 Août
Lundi 26 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Guerre commerciale États-Unis/Chine: Johnson «très inquiet», «ce n'est pas une manière de faire»
    • L'Union doit «laisser tomber» le filet de sécurité irlandais pour éviter un Brexit sans accord (Boris Johnson)
    • Allemagne: à Dresde, des milliers de manifestants se mobilisent contre l'extrême droite
    • Jour de l'Indépendance en Ukraine: la parade militaire annulée, mais défilé non officiel à Kiev
    France

    France : Mohamed Merah était connu et surveillé par les services de renseignement depuis 2009

    media Capture d'une vidéo montrant Mohamed Merah Reuters

    Les documents déclassifiés la semaine dernière par le ministère de l'Intérieur permettent d'en savoir un peu plus sur le tueur à scooter de Montauban et Toulouse, Mohamed Merah. Ces 23 pages, rédigées entre 2007 et 2011, apportent la preuve que Mohamed Merah était connu et surveillé par les services de renseignement depuis 2009. Et même, qu'il constituait une cible privilégiée de la DCRI.

    Le nom de Mohamed Merah apparaît pour la première fois en décembre 2009, dans une note consacrée au « groupe de Toulouse », des salafistes radicaux emprisonnés pour avoir mis sur pied une filière de candidats au jihad.

    Installé en Egypte pour s'y former, Abdelkader Merah est alors très proche d'eux et de son jeune frère, Mohamed, délinquant tout juste sorti de prison, qui suit lui-même des enseignements religieux à domicile.

    Un an plus tard, nouvelle note de la DCRI. Prenant maintenant des cours d'arabe, Mohamed Merah est décrit comme appartenant à une fratrie d'islamo-délinquants, très influencés par les membres du « groupe de Toulouse » arrivés en fin de peine, plus déterminés que jamais. Puis on trouve un compte-rendu détaillé de l'arrestation de Merah, à Kandahar, par la police locale. Pas dupe des arguments avancés par le jeune Toulousain pour justifier ce voyage, et persuadée qu'il est en train de se radicaliser, la DCRI décide alors d'approfondir son environnement amical et familial.

    Ce qui n'empêche pas Mohamed Merah de se rendre cette fois au Pakistan. A son retour, en novembre 2011, il est entendu par la DCRI de Toulouse, qui évoque dans son dernier rapport « une menace directe », « les jihadistes pouvant revenir chez eux avec des instructions pour conduire des actions armées. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.