GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 20 Novembre
Mercredi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le PDG de Renault-Nissan, Carlos Ghosn entendu au Japon sur des soupçons de dissimulation de revenus au fisc (médias)
    • Israël: un ministre clé reste au gouvernement, éloignant la probabilité d'élections
    • Le Cambodge n'autorisera aucune base militaire étrangère sur son sol (Premier ministre Hun Sen)
    • France: de nouveaux rassemblements de «gilets jaunes», opérations escargots et dépôts pétroliers bloqués ce lundi
    France

    OGM, une étude préoccupante

    media La couverture du Nouvel Observateur. @Le Nouvel Observateur

    Le titre de l’hebdomadaire Le Nouvel Observateur à paraître jeudi 20 septembre est particulièrement affirmatif : « Oui, les OGM sont des poisons ! » Et la suite de l’article prend des allures d’enquête policière alarmante : « Des chercheurs français ont étudié secrètement, pendant deux ans, 200 rats nourris au maïs transgénique. Tumeurs, pathologies lourdes… une hécatombe. Et une bombe pour l’industrie OGM. »

    L’étude est à paraître dans la revue internationale de toxicologie alimentaire Food and Chemical Toxicology.  Et pour Gilles-Eric Seralini, chercheur à l’Université de Caen, qui a dirigé l’équipe à l’origine de cette étude : « Les résultats sont alarmants. » Lors du test, deux cents rats ont été nourris pendant deux ans avec un maïs OGM NK603 ( Un OGM est un Organisme génétiquement modifié), traité dans certains cas avec l’herbicide Roundup. Le maïs était introduit au sein d’un régime équilibré dans des proportions représentatives du régime alimentaire américain. « Les résultats révèlent des mortalités bien plus rapides et plus fortes au cours de la consommation de chacun des deux produits », résume le chercheur et il explique : « On observe par exemple deux à trois fois plus de mortalité chez les femelles traitées. Il y a deux à trois fois plus de tumeurs chez les rats traités des deux sexes. »

    Des OGM déjà testés à trois ans, mais jamais avec des analyses aussi approfondies

    Les deux produits, le maïs OGM NK603 et l’herbicide Roundup, sont la propriété du groupe américain Monsanto. Selon Gilles-Eric Seralini, le NK603 n’a jusqu’alors été testé que sur une période de trois mois, une période trop courte pour détecter l’apparition des tumeurs. Quelques OGM ont déjà été testés à trois ans, mais jamais avec des analyses aussi approfondies. Les chercheurs ont constaté que 93% des tumeurs des femelles étaient mammaires tandis que la majorité des mâles sont morts de problèmes hépatiques ou rénaux.

    « Suspendre immédiatement les autorisations de mise en culture », José Bové

    Le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll a réagi à cette publication en déclarant qu’il voulait revoir les procédures d’homologation des OGM au sein de l’UE afin de les rendre « beaucoup plus strictes ». Quant à l’eurodéputé Vert français José Bové, il a demandé mercredi à la Commission européenne de « suspendre immédiatement les autorisations de mise en culture » accordées au maïs OGM MON810 et à la pomme de terre Amflora.

    Des rats femelles avec des tumeurs plus grosses que des balles de ping-pong

    C’est la première fois, selon M. Seralini, que le Roundup est testé sur le long terme. Jusqu’à présent, seul le principe actif du Roundup sans ses adjuvants avait été testé plus de six mois. « Ce sont les meilleurs tests qu’on peut avoir avant d’aller tester chez l’homme », a dit le chercheur. Le professeur affirme : « Pour la première fois au monde, un OGM et un pesticide ont été évalués pour leur impact sur la santé plus longuement que les agences sanitaires, les gouvernements et les industriels ne l’ont fait. » L’article de Food and Chemical Toxicology montre des rats femelles de laboratoire avec des tumeurs plus grosses que des balles de ping-pong.

    Une étude financée par plusieurs fondations

    L’étude a été financée par la Fondation Ceres, soutenue notamment par une cinquantaine d’entreprises dont certaines du secteur alimentaire qui ne produisent pas d’OGM, et la Fondation Charles Leopold Meyer pour le progrès pour l’homme. Les fonds sont gérés par le Comité de recherche et d’information indépendantes sur le génie génétique (CRIIGEN), dont M. Séralini préside le conseil scientifique et dont le conseil d’administration a été présidé par Corinne Lepage, ancienne ministre de l’Environnement.

     

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.