GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Mondial de rugby: l’Afrique du Sud bat le Japon et file en demi-finale
    • Syrie: un convoi de blessés et de combattants kurdes quitte une ville assiégée (AFP)
    • Élections en France: le patron des sénateurs LR Bruno Retailleau veut interdire les «listes communautaristes» (Journal du Dimanche)
    • Mondial de rugby: le XV de France éliminé en quart de finale par le Pays de Galles (20-19)
    France

    Affaire Bettencourt: des rencontres compromettantes entre MM. Sarkozy et Courroye

    media Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur, au côté de Philippe Courroye le 7 octobre 2005 à Brièvres. AFP PHOTO JACK GUEZ

    Nouveau rebondissement dans l'affaire Bettencourt : le journal Le Monde révèle comment l'ex-président de la République Nicolas Sarkozy a suivi de près l'affaire Bettencourt. L'ex-procureur de Nanterre Philippe Courroye et l'ancien chef de l'Etat se sont rencontrés au moins à huit reprises à des dates clés de l'avancée judiciaire du dossier, selon le quotidien. L'ancien procureur annonce qu'il porte plainte contre Le Monde.

    En 2009, au moment de décorer Philippe Courroye de l'Ordre national du Mérite, Nicolas Sarkozy avait déclaré : « On nous reproche de nous connaître, mais cela ne l'a pas empêché de faire son métier ni moi le mien ». Une affirmation dont semblent douter les magistrats bordelais qui instruisent l'affaire Bettencourt.

    Car les juges d'instruction ont en leur possession plusieurs éléments embarrassants pour Philippe Courroye et Nicolas Sarkozy. Il y a d'abord les enregistrements clandestins réalisés au domicile des Bettencourt. Il y a aussi les agendas officiels et privés de Nicolas Sarkozy, saisis par le juge Jean-Michel Gentil en juin dernier. Dans ces agendas, le juge a relevé au moins huit rendez-vous entre le chef de l'Etat et Philippe Courroye, ou un certain « Ph C ».

    En rapprochant ces éléments et les dates charnières de l'affaire Bettencourt, les juges pensent que l'ancien président a suivi de près l'évolution de cette affaire sensible, sur laquelle plane un soupçon de financement illégal de sa campagne présidentielle de 2007.

    Philippe Courroye, qui a été entendu le 2 octobre dernier par les juges bordelais Cécile Ramonatxo et Valérie Noël (qui enquêtent au côté de Jean-Michel Gentil), soutient qu'il serait outrageant de penser qu'il ait pu venir prendre des instructions à l'Elysée et que ce « Ph C » qui figure sur les agendas présidentiels peut être n'importe qui.

    L'ancien procureur a décidé de porter plainte contre le journal Le Monde pour violation du secret de l'instruction et recel. Prochainement, Nicolas Sarkozy va devoir se rendre à Bordeaux pour à son tour être confronté à l'hypothèse de travail des juges d'instruction.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.