GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 14 Septembre
Samedi 15 Septembre
Dimanche 16 Septembre
Lundi 17 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 19 Septembre
Jeudi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Affaire Merah: le manque de vigilance de la DCRI au coeur de l'instruction du juge Teissier

    media Un policier sur le balcon de l’appartement qu’occupait Mohamed Merah à Toulouse. REUTERS/Jean-Paul Pelissier

    L'affaire Merah n'a pas quitté l'actualité. Selon le quotidien Le Monde, dans son édition de ce samedi 20 octobre, le renseignement français savait tout du profil du tueur de Toulouse. Bernard Squarcini, ancien directeur de la Direction centrale du Renseignement intérieur, a été entendu le 25 septembre dernier par le juge Christophe Teissier chargé de l'enquête sur les assassinats commis par Mohamed Merah. Et visiblement l'ancien patron de la DCRI a eu bien des difficultés à expliquer pourquoi son service avait relâché la surveillance de Mohamed Merah fin 2011, quelques mois avant que le jeune salafiste ne passe à l'action.

    Pour expliquer l'échec de la DCRI devant le terroriste Merah, Bernard Squarcini avait jusqu'alors soutenu une thèse: celle du salafiste atypique, d'un jeune homme si discret qu’il n'était pas apparu sur les écrans radars des services de renseignement. Une thèse que l'ancien patron du renseignement intérieur a visiblement eu du mal à défendre face au juge Teissier.

    En effet, les notes de la DCRI disent le contraire. Dès mars 2011, un policier décrit le comportement de Mohamed Merah comme «inquiétant» et contrairement à ce que soutient Bernard Squarcini, au printemps 2011, Merah a bien eu des liens avec les salafistes toulousains. Les policiers notent même qu'il se comporte comme quelqu'un qui se savait surveillé pour des faits pouvant le mettre en danger.

    Les interrogations du juge d'instruction

    Alors comment Mohamed Merah, si surveillé, a-t-il pu échapper à la vigilance des services s'interroge le juge d'instruction ?

    La DCRI ne peut surveiller tout le monde avance pour sa défense Bernard Squarcini. Mais alors pourquoi, s'interroge encore le juge Teissier, la DCRI, qui avait noté le caractère inquiétant de Merah, a-t-elle subitement relâché son attention en novembre 2011 ? Erreur d'appréciation, manque de moyen ? Bernard Squarcini en difficulté ne répond pas. Il précise seulement qu'à sa connaissance Mohamed Merah n'a jamais été une source pour le renseignement français.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.