GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
Vendredi 30 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 2 Octobre
Lundi 3 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Syrie: l’intervention des intellectuels français

    media

    « Assez de dérobades, il faut intervenir en Syrie ! » Pour prêcher la bonne cause en faveur de la Syrie, le trio historique des intellectuels engagés français s’est reformé : le philosophe André Glucksmann, l’ancien ministre des Affaires étrangères et cofondateur de Médecins sans frontières Bernard Kouchner et le philosophe et directeur de la revue La Règle du jeu Bernard-Henri Lévy ont publié ce lundi 22 octobre un appel dans les colonnes du journal Le Monde.

    Dix-neuf mois après la contestation à Deraa qui avait marqué en mars 2011 la révolution en Syrie sur le plan international, les trois intellectuels français publient un appel qui ne laisse pas d’ambiguïté : « Le gang barbare des Assad et les extrémistes islamistes sont les ennemis de l’avenir démocratique de la Syrie. Ce sont les ennemis de la paix au Moyen-Orient. Ce sont nos ennemis. »

    Renforcé de Jacques Bérès, chirurgien de guerre et cofondateur de Médecins sans frontières et de Mario Bettati, professeur émérite de droit international, le collectif exige dans Le Monde, daté du 23 octobre, de « casser la mécanique infernale qui est en train de se mettre en place. » « Il y a urgence. Urgence à empêcher que le scénario du pire ne se réalise. »
     
    Le collectif fustige « un terrible silence », « la trahison des nations » et « une complicité, au moins passive, avec le régime » de la part de la communauté internationale. L’appel se termine avec une mise en garde : « Ne pas intervenir…, c’est renforcer, en particulier, le sentiment anti-occidental ».
     
    En juin 2011, Bernard-Henri Lévy avait déjà signé un appel et soutenu l’action SOS Syrie début juillet 2011, à Paris pour dénoncer le régime en Syrie. A l’époque, BHL avait le soutien moral du président Nicolas Sarkozy qui l’avait hissé, lors de la « libération » de la Libye, en conseiller de guerre sans titre ni salaire, seulement « rémunéré » en images pour son film Le serment de Tobrouk, présenté à Cannes et adoubé par Sarkozy lui-même.
     
    Le philosophe influent qui écrit l’histoire
     
    Aujourd’hui, les trois anciens penseurs de la gauche intellectuelle ont surtout une chose en commun : ils avaient rallié le camp de Nicolas Sarkozy, avec un résultat plus que mitigé. Bernard Kouchner avait certes obtenu sa nomination en tant que ministre des Affaires étrangères, mais sans pouvoir ensuite réellement influencer la politique étrangère de la France. Un comble pour l’ancien French doctor qui avait théorisé, avec Mario Bettati, le droit à l’ingérence.
     
    L’ancien philosophe de gauche André Glucksmann avait espéré, en votant Sarkozy, défendre une cause qui lui tient à coeur, la Tchétchénie. Un pari qui, selon ses propres dires, avait lamentablement échoué. Seul Bernard-Henri Lévy avait réussi, en tant que sympathisant critique de Sarkozy, de tirer son épingle du jeu en faisant sa promotion comme philosophe influent qui écrit l’histoire.
     
    En juin 2011, la lettre ouverte adressé au Conseil de sécurité de L’ONU pour dénoncer les 10 000 morts et la situation dramatique en Syrie, a été signé par des artistes et intellectuels de plusieurs pays et continents dont Umberto Eco, David Grossmann, Amos Oz, Salman Rushdie, Wole Soyinka et Bernard-Henri Lévy. Aujourd’hui, alors que le nombre de morts s'élève à 40 000, BLH conclût : « Le Conseil de sécurité de l’ONU étant paralysé par les vetos russe et chinois, n’importe quelle autre alliance est justifiée pour arrêter les rivières de sang qui coulent dans les villes syriennes ».
     
    Pour défendre la cause syrienne, Bernard-Henri Lévy fait alors renaître le trio de penseurs qui se réunit ainsi pour la première fois depuis longtemps pour la même cause. Mais au lieu d'une force de frappe intellectuelle, cela donne curieusement l’impression d’un trio isolé sur le plan intellectuel et politique.

    ____________________

    Assez de dérobades, il faut intervenir en Syrie ! Publié dans Le Monde du 23 octobre 2012.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.