GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Affaire Bettencourt : Nicolas Sarkozy va être entendu par le juge Gentil à Bordeaux

    media Nicolas Sarkozy, à l'Elysée, le 7 mai 2012. REUTERS/Yves Herman

    Si l'on en croit nos confrères de la radio privée Europe 1, Nicolas Sarkozy, l'ancien président est attendu à Bordeaux. Là où est désormais instruite la fameuse « affaire » Bettencourt. Le dossier concerne l'éventuel financement illégal de sa campagne présidentielle victorieuse de 2007 par la richissime héritière du groupe de cosmétiques L'Oréal.

    Ce sont plus de 500.000 euros qui valent audition à l'ancien président français. Plus d'un demi-million retiré en espèces des comptes de Liliane Bettencourt, début 2007.
    Le juge aurait reconstitué le parcours du tiers de la somme, au moins jusque dans les caisses de l'UMP, grâce à des témoignages et au calendrier qui dessinent le circuit possiblement emprunté par cet argent liquide. Qu'il vienne de France ou de comptes non déclarés en Suisse.

    De l'argent qui a transité par Patrick de Maistre, alors gestionnaire de la fortune de la multi-milliardaire, il en aurait remis une partie au moins à Eric Woerth, à l'époque trésorier de l'UMP. Mis en examen, l'ex-ministre nie toute transaction.

    Lui aussi poursuivi, Patrick de Maistre reconnaît les retraits mais affirme avoir remis l'argent à la milliardaire qui pourrait elle même en avoir donné à Nicolas Sarkozy lui-même, à l'occasion de discrètes visites du candidat de droite à son domicile.

    Visites dont une, entre les deux tours de la présidentielle, quelques jours seulement après le décaissement inexpliqué de 400.000 euros. De quoi alimenter le soupçon de financement illégal, mais aussi d'un éventuel abus de faiblesse.

    L'avocat de Nicolas Sarkozy n'a pas confimé une convocation de l'ancien président cette semaine. 

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.