GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 23 Septembre
Mardi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    France: Nicolas Sarkozy va devoir s'expliquer sur ses rendez-vous avec les Bettencourt

    media Les quatorze personnes mises en examen sont soupçonnés d'avoir abusé de l'état de faiblesse psychologique de Liliane Bettencourt. © AFP

    Cette semaine avait été évoquée, finalement, ce sera peut être la prochaine. Mais l'audition de Nicolas Sarkozy dans l'affaire Bettencourt n'est assurément plus qu'une question de jours. Ce rendez-vous judiciaire s'annonce tendu entre l'ex-chef de l'Etat et le juge bordelais, Jean-Michel Gentil, chargé de l'enquête sur un possible financement politique illégal par la multimilliardaire française de la campagne de 2007 de l'ex-président français.

    C'est l'étape la plus attendue de la procédure la plus politique de l'épais dossier Bettencourt. Quatorze personnes sont déjà mises en examen à ce jour et le nom de Nicolas Sarkozy pourrait s'ajouter à la liste.

    C'est vraisemblablement comme témoin assisté que l'ancien locataire de l'Elysée sera interrogé, en particulier sur ses rendez-vous avec les Bettencourt. Ceux, d'abord, très discrets, au domicile huppé de l'héritière du groupe L'Oréal. Dont un particulièrement intriguant, entre les deux tours de l'élection présidentielle de 2007, quelques jours seulement après le décaissement inexpliqué de 400 000 euros des comptes suisses de la multimilliardaire.

    Des coïncidences de calendrier et de retraits d'argent liquide qui valent notamment à l'ancien trésorier de l'UMP et ex-ministre Eric Woerth d'être mis en cause.

    Mais il y a d'autres rencontres, curieusement proches d'autres transferts de fonds aujourd'hui évaporés, qui intéressent le juge autant sinon plus encore. En effet, il en va là de deux millions d'euros supplémentaires extraits en deux temps de comptes suisses également. 

    Sans compter que ces retraits datent de décembre 2008, soit quelques semaines seulement après deux rendez-vous, cette fois à l'Elysée pour Lilianne Bettencourt, puis pour son gestionnaire de fortune de l'époque.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.