GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    L'agence de notation Moody's dégrade la note de la France

    media REUTERS/Mike Segar

    L'agence de notation américaine a baissé d'un cran la note attribuée à la France. Celle-ci passe du  triple A la meilleure note, à «AA1» et avec une perspective négative. Un coup de semonce qui selon le ministre des Finances, Pierre Moscovici, sanctionne «la gestion du passé».  Pour Jean-François Copé, tout juste confirmé à la tête de l'UMP, au contraire, « la gauche porte clairement une part importante de responsabilité dans cette dégradation. » L'agence de notation Standard and Poor's avait déjà dégradé la note française en janvier 2012.

    La décision a été annoncée dans la nuit. Déjà dégradée par Standard and Poor's au début de l'année, la France est encore une fois sanctionnée, avec une note abaissée d'un cran, à AA1. Les motifs de dégradation invoqués par l’agence Moody’s sont largement connus par les investisseurs. Or, pour le moment, ces derniers n’ont pas du tout hésité à acheter des obligations françaises.

    Moody’s cite les perspectives budgétaires incertaines de la France. On sait déjà que la plupart des investisseurs doutent de la capacité du gouvernement conduit par Jean-Marc Ayrault à atteindre ses objectifs de réduction du déficit budgétaire.

    L’agence new-yorkaise fait également état de la détérioration de l’économie française. Celle-ci est, selon Moody’s, aggravée par des faiblesses structurelles : la rigidité du marché du travail et le faible niveau d’innovation qui entraîne une perte durable de compétitivité pour les industries notamment à l’exportation.

    Perspective négative

    Le plus humiliant pour le gouvernement français n’est pas tant la dégradation en soi mais le maintien de la France sous perspective négative, c'est-à-dire la probabilité de nouvelles dégradations. Cela implique un manque de crédibilité des réformes engagées par le gouvernement de Jean-Marc Ayrault.

    Cette décision ne devrait cependant pas avoir de conséquences trop lourdes. C'est bien sûr un coup dur, mais qui ne devrait pas avoir d'effets sur les capacités d'emprunt de la France. Les taux ne devraient pas flamber comme ceux de l'Espagne ou de l'Italie. Selon le ministre des Finances Pierre Moscovici, qui a rapidement réagi à cette annonce, il s'agit surtout d'une sanction de la gestion du passé. La France est encore bien notée, a-t-il ajouté.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.