GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 24 Septembre
Mercredi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Affaire Bettencourt: pour sa défense, Nicolas Sarkozy passe à l'attaque

    media L'ancien président Nicolas Sarkozy (au centre) déclare s'être rendu une seule fois dans sa vie chez les Bettencourt. REUTERS/Regis Duvignau

    Douze heures d'audition, deux pauses seulement et trente-deux pages typographiées qui tombent comme par hasard entre les mains de nos confrères de Sud-Ouest après plusieurs échanges aigres-doux entre Thierry Herzog, l'avocat de Nicolas Sarkozy et le parquet de Bordeaux. L'ancien chef de l'Etat est ressorti jeudi dernier de sa passe d'armes avec le juge Jean-Michel Gentil -qui n'a rien d'un tendre- avec le statut de témoin assisté. Il n'a donc pas été mis en examen et en a profité pour faire valoir ses arguments.

    Tout de même, m'imaginer profiter de la faiblesse d'une vieille dame.
    Nicolas Sarkozy, ancien président français

    « Je connais les Bettencourt depuis que j'ai 28 ans. Ils ne m'ont jamais donné un sou, je ne leur ai jamais rien demandé. Je n'allais pas commencer à 52 ans comme président de la République ». C'est bien connu, la meilleure défense, c'est l'attaque. Surtout quand on est avocat de formation et qu'on brûle d'en découdre avec un petit juge de province, réputé coriace.

    Nicolas Sarkozy déclare donc s'être rendu une seule fois dans sa vie chez les Bettencourt en compagnie de Cécilia, alors que de nombreuses personnalités socialistes qu'il cite nommément étaient leurs invités récurrents. En sa qualité de chef de l'Etat, il a reçu Liliane Bettencourt à l'Elysée le 5 novembre 2008 car elle lui demandait de jouer les médiateurs avec sa fille Françoise.

    En ce qui concerne le financement de sa campagne présidentielle de 2007, Nicolas Sarkozy insiste : tout a été géré par son trésorier Eric Woerth, qui ne parlait jamais de ses donateurs : « De mon côté, à l'époque, je ne fais aucun chèque, je ne règle aucune dépense, je ne reçois rien ».

    Et l'ancien président de quitter le bureau du juge sur une remarque acide : « Je comprends votre démarche mais ce n'est pas facile... Tout de même, m'imaginer profiter de la faiblesse d'une vieille dame ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.