GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 30 Septembre
Samedi 1 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Le projet de loi de finances 2013 rejeté par le Sénat français

    media

    Le Sénat a rejeté mercredi 28 novembre le projet de loi de finances 2013, le premier budget du quinquennat de François Hollande. Une fois de plus, les sénateurs du Front de gauche ont infligé un camouflet au gouvernement Ayrault, en raison de leur abstention. Il s’agit du quatrième texte rejeté par la Haute Assemblée. Un texte qui prévoyait une hausse de 24 milliards d’impôts.

    Cette fois-ci, les sénateurs du Front de gauche se sont simplement abstenus. Ils n'ont pas voté contre le budget, de manière à ne pas associer leurs voix à celles de l'opposition de droite, comme ils l'avaient fait notamment pour le projet de loi de financement de la Sécurité sociale, lui aussi rejeté récemment. Mais le résultat est le même : le budget n'a pas pu être adopté en première lecture par le Sénat puisque le Parti socialiste n'a pas, dans cette chambre, la majorité absolue à lui seul.

    Forcément, il s'agit d'un nouveau camouflet pour le gouvernement, même si au bout du compte, le texte sera adopté. L'Assemblée nationale a en effet institutionnellement le dernier mot et là, les socialistes n'ont pas besoin des voix du Front de gauche.

    Mais cette situation de blocage systématique des textes au Sénat montre qu'un fossé se creuse entre le gouvernement et l'aile gauche de la majorité. Et rien ne semble réussir à convaincre, notamment les parlementaires communistes, de jouer le jeu avec le gouvernement dont ils estiment qu'il propose une politique de rigueur inacceptable.

    Jean-Marc Ayrault avait déjà essayé d'arrondir les angles avec eux. Ce jeudi, les parlementaires communistes sont reçus par François Hollande - certes dans un autre cadre - pour parler de la rénovation de la vie publique. Mais le positionnement au Sénat aura certainement été aussi abordé.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.