GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 24 Septembre
Mercredi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    UMP : Opération reconquête en région pour Jean-François Copé

    media Jean-François Copé à Paris, le 5 décembre. Le président de l'UMP veut reconquérir la base d'un parti ébranlé. REUTERS/Benoit Tessier

    Le président de l'UMP Jean-François Copé était en déplacement à Chartres dans l'Eure-et-Loir, lundi 10 décembre. Environ 250 membres de la fédération départementale du parti de droite s’étaient déplacés. L’occasion de plaider à nouveau pour un vote interne en 2014. Une rencontre avec des militants qui a tourné à la thérapie de groupe.

    En quelques secondes, le silence épais sous le haut plafond de la salle des fêtes de la mairie de Chartres se brise. Terminés, les visages fermés et les bras croisés sur les poitrines ; ils sont nombreux les militants qui se bousculent pour prendre le micro : « Aujourd’hui, je suis très en colère. Je suis très déçu. Je ne me retrouve plus dans l’UMP », « votre élection, je ne peux pas l’accepter. Pour moi, c’est un genre de putsch que vous avez commis », « on arrête le cinéma. On est en train de casser tout ce qu’on a monté pendant des années. Sarkozy, là-dessus, a fait un boulot énorme, Chirac aussi. Et on est en train de le détruire… ».

    Mais Jean-François Copé est au rebond : « Non, non. Vous savez, de toute façon, je vais vous dire : on trouvera une solution. Il faut qu’on en trouve une et on en trouvera une. » Réponse du militant : « Il faut l’avoir très vite ! »

    Sourire apaisant face aux militants qui vident leur sac, Jean-François Copé se veut aussi combatif pour plaider sa cause : « Moi, je peux comprendre que depuis Paris, [on a l'impression que] ce qui compte c’est d’avoir le poste pour la suite, pour 2017. Je demande simplement que l’on me fasse crédit de l’expérience qui est la mienne dans les fonctions qui sont les miennes. Moi je vous dis, être le patron de l’UMP, c’est un métier. Comme disait Chirac : "Un chef c’est fait pourcheffer". »

    Jean-François Copé est déjà en opération reconquête de la base du parti, à nouveau en campagne, alors que les discussions avec François Fillon se poursuivent.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.