GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    France : l'UMP tergiverse sur un vote pour un nouveau vote

    media Au séminaire de l'UMP à Paris, de gauche à droite : Jean-Pierre Raffarin, Jean-François Copé, François Fillon, Bernard Accoyer et Claude Guéant, le 26 mai 2012. Reuters / Regis Duvignau

    Bernard Accoyer était l'homme du jour à l’UMP, le mardi 11 décembre. L’ex-président de l’Assemblée nationale a proposé un référendum des parlementaires UMP, députés, députés européens, et sénateurs, sur un rapide nouveau vote militant, un référendum qu’il propose de tenir mardi prochain, à bulletin secret. Une proposition très bien accueillie par les fillonistes et les non-alignés, beaucoup moins bien par les copéistes.

    Visage fermé, passage au pas de course devant la presse, Christian Jacob n’a pas dissimulé sa mauvaise humeur. Le président du groupe UMP, très proche de Jean-François Copé, n’avait visiblement pas très envie de s’exprimer sur le référendum à venir des parlementaires de son parti : « La solution, c’est Jean-François Copé et François Fillon qui l’ont. Ensuite, chaque semaine, on voit son lot d’initiatives : certaines heureuses, d’autres moins, peu importe. »

    Et Christian Jacob file à toute vitesse, repousse les micros. Juste à côté de lui, tous les fillonistes répètent à chaque journaliste tout le bien qu’ils pensent de cette initiative, comme Laurent Wauquiez, député de Haute-Loire : « L’avantage là, c’est que c’est transparent. Ce sont les parlementaires qui s’expriment, ce sont les parlementaires qui votent. Ensuite, c’est incontestable et personne ne peut s’opposer à ce qui aura été l’expression des parlementaires de notre famille politique. »

    En fin de journée, une cinquième rencontre Fillon-Copé a encore échoué. Mais dans une tribune au Figaro de ce mercredi 12 décembre, François Fillon attaque : « Jean-François Copé doit accepter de ne pas avoir raison contre tout le monde... » L’ex-Premier ministre, fort du soutien des non-alignés, veut désormais pousser l’avantage.

    De leur côté, les sénateurs UMP ont eux déjà choisi : ils se sont déclarés en faveur du référendum parlementaire.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.