GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Les députés PS veulent élargir le droit à la procréation médicalement assistée

    media «Manifestation pour l'égalité» à Paris. REUTERS/Julien Muguet

    En France, le groupe socialiste à l'Assemblée nationale s'est prononcé, le mercredi 19 décembre, pour le dépôt dans le cadre du texte sur le mariage homosexuel d'un amendement élargissant l'assistance à la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de lesbiennes ayant un projet parental. Une mesure de justice prise pour mettre fin à l'hypocrisie ambiante selon les uns, une aberration qui va ouvrir la boîte de Pandore selon les autres. Au Parlement, comme dans la rue, le débat reste vif.

    Pour l'instant, seuls les couples hétérosexuels qui n'arrivent pas à avoir un enfant peuvent être pris en charge sur le plan médical, un long parcours qui exclut de fait les célibataires. La procréation médicalement assistée ne faisait pas partie des soixante propositions du candidat Hollande, mais à gauche, certains voudraient profiter de la vague en faveur de l'égalité des droits pour ouvrir la PMA à toutes les femmes.

    Cette mesure aurait à leurs yeux un autre mérite : celui de la transparence. Selon ses partisans, la PMA pour les couples de lesbiennes existe de toutes façons déjà. Soit ces femmes demandent l'intervention de donneurs amis en dehors de tout cadre légal, soit elles se font inséminer dans des cliniques privées, en Belgique par exemple, depuis 2007.

    Pour autant, à droite mais aussi à gauche, les réticences restent fortes : car derrière la PMA se profile déjà une autre question, encore plus sensible, celle de la GPA, la gestation pour autrui. Autrement dit, tout le débat sur les mères porteuses, le droit à l'enfant et la marchandisation du corps des femmes. Et là, tout se complique encore : certaines féministes défendent ainsi avec force la PMA pour les couples homosexuels mais leur refusent catégoriquement la gestation pour autrui.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.