2012: une année décevante pour le cinéma français - France - RFI

Expand Player
Play

À l'écoute Sessions d'information

 

  1. 04:57 TU Sessions d'information
  2. 05:00 TU Journal
  3. 05:15 TU Sessions d'information
  4. 05:30 TU Journal
  5. 05:40 TU Sessions d'information
  6. 05:50 TU Sessions d'information
  7. 06:00 TU Journal
  8. 06:15 TU Sessions d'information
  9. 06:30 TU Journal
  10. 06:43 TU Sessions d'information
  11. 07:00 TU Journal
  12. 07:10 TU Sessions d'information
  13. 07:30 TU Journal
  14. 07:40 TU Grand reportage
  15. 08:00 TU Journal
  16. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  17. 08:30 TU Journal
  18. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  19. 09:00 TU Journal
  20. 09:10 TU Priorité santé
  21. 09:30 TU Journal
  22. 09:33 TU Priorité santé
  23. 10:00 TU Journal
  24. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  25. 10:30 TU Journal
  1. 04:30 TU Sessions d'information
  2. 05:00 TU Journal
  3. 05:15 TU Sessions d'information
  4. 05:30 TU Sessions d'information
  5. 06:00 TU Journal
  6. 06:15 TU Sessions d'information
  7. 06:30 TU Journal
  8. 06:43 TU Sessions d'information
  9. 07:00 TU Journal
  10. 07:10 TU Sessions d'information
  11. 07:30 TU Sessions d'information
  12. 08:00 TU Journal
  13. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  14. 08:30 TU Journal
  15. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  16. 09:00 TU Journal
  17. 09:10 TU Priorité santé
  18. 09:30 TU Journal
  19. 09:33 TU Priorité santé
  20. 10:00 TU Journal
  21. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  22. 10:30 TU Journal
  23. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  24. 11:00 TU Journal
  25. 11:15 TU Sessions d'information
fermer

France

Cinéma Crise économique France

2012: une année décevante pour le cinéma français

media

Alors que 2011 était l’année de tous les triomphes pour le cinéma français, 2012 sera-t-elle celle de la débâcle ? En effet, cette année, aucun des poids lourds prévus pour doper le box-office hexagonal n'aura réussi à atteindre ses objectifs, hormis Sur la piste du Marsupilami. Et une « catastrophe » ne venant jamais seule, assistera-t-on, après l’exil fiscal de Gérard Depardieu à la désertification des salles françaises ?

Les chiffres sont formels, cette année, aucun des poids lourds hexagonaux de la comédie n’a tenu ses promesses, Les aventures d’Astérix et Obélix de l'autre côté du Channel n’ont attiré que 3,7 millions de spectateurs, bien loin des scores précédents, un vrai bouillon pour l’un des films français les plus chers de l’année.

De son côté, Nous York, de Géraldine Nakache, un film sorti en novembre 2012 a aussi bu la tasse, malgré la présence à l’affiche de l’idole actuelle des jeunes, Leïla Bekhti. De même qu’un Plan parfait, les mésaventures amoureuses de Dany Boon et de Diane Krüger n’a réussi à séduire qu’un petit million de spectateurs.

«Houba, Houba!»

Même Les seigneurs, avec son sujet idéalement populaire – le football – et sa brochette de stars n’a pas marqué l’essai ! Pour sa part, Populaire, une jolie comédie sentimentale et nostalgique sur les aventures d’une dactylo, a dû se contenter de 800 000 entrées, un score dérisoire pour un film qui prétendait se hisser au sommet du box-office, à l’égal de son modèle, le Fabuleux destin d’Amélie Poulain.

Seule exception : la comédie d’Alain Chabat, Sur la piste du Marsupilami, avec plus de cinq millions de spectateurs,  est le troisième film le plus vu de l’année, après tout de même le dernier James Bond, Skyfall et L’Age de glace IV,  deux films étrangers.

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.