GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 1 Juillet
Samedi 2 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Des éléphants du parc lyonnais de la Tête d'or en sursis

    media

    Cela fait quelques semaines maintenant que Baby et Népal, les éléphantes du parc de la Tête d’or à Lyon, sont en sursis. Atteintes de tuberculose, elles doivent être euthanasiées sur ordre du préfet de Lyon. Mais leurs défenseurs se mobilisent, en faisant notamment un pourvoi devant le Conseil d’Etat.

    Le pourvoi devant le Conseil d'Etat n'est pas suspensif, et le préfet de Lyon a prévenu : si le Conseil d’Etat tarde à se décider, les deux éléphantes seront euthanasiées. Il s’agit d’une question de santé publique pour le préfet.

    Baby et Nepal ont été au contact d'un autre pachyderme atteint de la tuberculose et qui en est mort en août dernier. Les éléphantes sont elles-mêmes malades, mais porteuses saines. Si la maladie venait à se déclarer, elle serait contagieuse pour l'homme. Leurs éternuements et leurs selles peuvent rester collés aux bottes des soigneurs, et pourraient propager le bacille de la tuberculose, transmissible à l’homme. D’après le cirque Pinder, l’état des éléphantes est connu depuis deux ans. Les autorités sont donc soupçonnées de vouloir tout simplement faire de la place dans le zoo.

    Aux autorités de décider

    Le problème, c'est que contrairement aux animaux de ferme, les animaux de zoo ne sont pas soumis à des règles sanitaires précises. Les autorités, une fois averties, doivent elles-mêmes décider de leur sort. Pour l’association des circophiles et le cirque Pinder, les éléphantes doivent être soumises à de nouveaux tests, et la procédure devrait devenir obligatoire pour éviter toute exécution inutile.

    En effet, tous craignent qu’en l’absence de réglementation stricte, cette affaire ne serve de précédent pour d’autres cas à venir,donc que les éléphants sains ayant été en contact avec des bêtes malades ne soient euthanasiés sans autre forme de procédé. Les pachydermes sont une espèce menacée, qui disparaît au rythme de 100 bêtes par jour rien qu’en Afrique.

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.