Free: plombier trop zélé face à la publicité ? - France - RFI

Expand Player
Play

À l'écoute Sessions d'information

 

  1. 04:15 TU Sessions d'information
  2. 04:30 TU Journal
  3. 04:33 TU Sessions d'information
  4. 04:40 TU Grand reportage
  5. 05:00 TU Journal
  6. 05:15 TU Sessions d'information
  7. 05:30 TU Journal
  8. 05:40 TU Sessions d'information
  9. 06:00 TU Journal
  10. 06:15 TU Sessions d'information
  11. 06:30 TU Journal
  12. 06:43 TU Sessions d'information
  13. 07:00 TU Journal
  14. 07:10 TU Une semaine d'actualité
  15. 07:30 TU Journal
  16. 07:33 TU Une semaine d'actualité
  17. 08:00 TU Journal
  18. 08:10 TU Atelier des médias
  19. 08:30 TU Journal
  20. 08:33 TU Atelier des médias
  21. 09:00 TU Journal
  22. 09:10 TU C'EST PAS DU VENT S 1
  23. 09:30 TU Journal
  24. 09:33 TU C'EST PAS DU VENT S 2
  25. 10:00 TU Journal
  1. 04:15 TU Sessions d'information
  2. 04:30 TU Sessions d'information
  3. 05:00 TU Journal
  4. 05:15 TU Sessions d'information
  5. 05:30 TU Sessions d'information
  6. 06:00 TU Journal
  7. 06:15 TU Sessions d'information
  8. 06:30 TU Journal
  9. 06:43 TU Sessions d'information
  10. 07:00 TU Journal
  11. 07:10 TU Sessions d'information
  12. 07:30 TU Sessions d'information
  13. 07:43 TU Sessions d'information
  14. 08:00 TU Journal
  15. 08:10 TU Archives d'Afrique
  16. 08:30 TU Journal
  17. 08:40 TU Archives d'Afrique
  18. 09:00 TU Journal
  19. 09:10 TU Une semaine d'actualité
  20. 09:30 TU Journal
  21. 09:33 TU Une semaine d'actualité
  22. 10:00 TU Journal
  23. 10:10 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  24. 10:30 TU Journal
  25. 10:33 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
fermer

France

Internet Réseaux sociaux

Free: plombier trop zélé face à la publicité ?

media

Depuis la dernière mise à jour de la Freebox révolution, c’est un peu la tempête autour des tuyaux d’internet. Une révolution ? Certains parlent d’atteinte à la démocratie du web, d’autres se réjouissent de ce combat contre la publicité, car il s’agit de cela : depuis hier, le fournisseur Free bloque à la source les nombreuses publicités qui fleurissent sur internet. Mais est-ce à un fournisseur de faire cela ? Là est toute la question…

La société Free, dont le vice-président et directeur de sa stratégie est Xavier Niel, est un FAI (un fournisseur d'accès à internet). En anglais, on peut parler d’Internet Service Provider (ISP) ou bien d’Internet Access Provider (IAP). Et c’est hier que la société Free a décidé de tester en version beta ce qu’elle a appelé un « adgate » : un bloqueur de publicité. Premier petit couac, c’est dès la mise à jour et donc sans réel choix de la part de l’abonné que le déclenchement du bloqueur de publicité s’est effectué. Free, en fermant le tuyau de la publicité, joue-t-il au plombier trop zélé ?

Bloquer la publicité relève d’un choix personnel

Pourtant comme le pensent certains, tout cela ne semble pas plus mal. Car la publicité est particulièrement intrusive sur Internet et le plus souvent non désirée. Mais il convient très rapidement d’apporter quelques nuances à des raisonnements manichéens. Tout d’abord, on se doit de souligner que ce genre de service n’est pas vraiment nouveau. Une extension de navigateur comme Adblock, par exemple, remplit très bien cette tâche de bloquer la publicité, mais son installation relève d’un choix personnel. Et il s’agit bien de la teneur du débat qui s’est engagé sur les réseaux sociaux et entre acteurs de l’Internet, ministre de la Culture comprise, depuis cette fameuse mise à jour. Car c’est à la source, en gros dans les tuyaux et avant d’arriver sur votre navigateur, que le FAI Free a décidé de faire le contrôle. Ce n’est plus donc le citoyen surfeur qui prend ses décisions mais son fournisseur, à sa place. Au risque également de bouleverser certains modèles économiques entièrement basés sur la publicité. D’où le réel problème de cette décision technique…

Un bras de fer entre Free et le géant Google ?

Mais là n’est pas forcément l’intention de la société, car on découvre qu’il s’agirait surtout d’un bras de fer entre le fournisseur français et le géant Google, notamment en ce qui concerne l’acheminement des vidéos YouTube. Tout est, encore une fois, histoire de tuyaux du web déjà fort saturés et d’addition à payer. Le souci demeure que ce genre d’opération coup de poing peut ressembler à une petite prise d’otage des utilisateurs au lieu d’une démarche vraiment libératrice. Free se retrouvera-t-il seul, mais fort de près de 5 millions d’abonnés, contre le plus grand des moteurs de recherche ? Un FAI français peut-il faire vaciller le géant Google ? Le chiffre d'affaires réalisé en France par Google serait « d'environ 1,6 milliard d'euros », et le nouveau dispositif de Free pourrait faire perdre à l'américain « jusqu'à un million d'euros par jour », selon les estimations d'une source proche du dossier. « Voilà qui devrait pousser le géant à parler au petit opérateur », a résumé cette source à l'AFP.
 

 

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.