GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Septembre
Jeudi 22 Septembre
Vendredi 23 Septembre
Samedi 24 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    France: le blues des policiers

    media Les policiers ont le sentiment d'être abandonnés par leur hiérarchie. Photo AFP / ANNE-CHRISTIUJOULAT

    On parle souvent du malaise des policiers. Mais pour la première fois, il a été analysé de manière scientifique. Une enquête a été menée par un doctorant du Centre de recherche en management de l'Université de Toulouse, rattaché au CNRS (Centre national de la recherche scientifique). Le résultat n'est pas brillant. Les hommes en bleu ont vraiment le blues.

    Six mille gardiens de la paix et brigadiers se sont prêtés au jeu : ils ont répondu anonymement à un long questionnaire sur leurs conditions de travail et leurs rapports avec leur hiérarchie.

    Entre gardiens de la paix et brigadiers, l'ambiance est plutôt bonne et sur le terrain, tous se serrent les coudes. En revanche, ils ont au-dessus d'eux une hiérarchie pléthorique, pas assez à l'écoute des besoins de la base, engluée dans des batailles de pouvoir, et peu soucieuse des conséquences éthiques des décisions qui sont prises.

    Du coup, les policiers ont perdu confiance envers leurs supérieurs. Ils se sentent livrés à eux-mêmes, contraints de faire du chiffre à tout prix sans être récompensés pour autant.
    La majorité des gardiens de la paix ont le sentiment que leur métier s'est déshumanisé, que la transmission des savoirs entre anciens et petits nouveaux tend à se perdre, que le statut de fonctionnaire a brouillé les cartes.

    Au fil du temps, l'écart s'est creusé avec la population et les policiers en souffrent. Alors qu'ils estiment faire de leur mieux au quotidien, ils ne retrouvent souvent qu'une image déformée de leur métier et de leur comportement au journal télévisé du soir.

    Quand il y a une faute qui est commise, tout de suite on va parler de bavure et ça va faire l’objet d’une première page dans l’actualité. Par contre quand c’est un policier qui est blessé ou qui a accompli une belle affaire, on la retrouve dans la rubrique des chiens écrasés.
    Denis Jacob Secrétaire administratif général du syndicat Alliance 11/10/2013 - par Véronique Moreau Écouter

    Un grand blues encore accentué par l'attitude laxiste de la Justice, qui se dépêche de vider de son sens la moindre victoire remportée par les policiers.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.