France: coup d’envoi de la Banque publique d’investissement - France - RFI

 

  1. 04:15 TU Sessions d'information
  2. 04:30 TU Journal
  3. 04:33 TU Sessions d'information
  4. 04:37 TU Grand reportage
  5. 04:57 TU Sessions d'information
  6. 05:00 TU Journal
  7. 05:15 TU Sessions d'information
  8. 05:30 TU Journal
  9. 05:40 TU Sessions d'information
  10. 05:50 TU Sessions d'information
  11. 06:00 TU Journal
  12. 06:15 TU Sessions d'information
  13. 06:30 TU Journal
  14. 06:43 TU Sessions d'information
  15. 07:00 TU Journal
  16. 07:10 TU Sessions d'information
  17. 07:30 TU Journal
  18. 07:40 TU Grand reportage
  19. 08:00 TU Journal
  20. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  21. 08:30 TU Journal
  22. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  23. 09:00 TU Journal
  24. 09:10 TU Priorité santé
  25. 09:30 TU Journal
  1. 04:15 TU Sessions d'information
  2. 04:30 TU Sessions d'information
  3. 05:00 TU Journal
  4. 05:15 TU Sessions d'information
  5. 05:30 TU Sessions d'information
  6. 06:00 TU Journal
  7. 06:15 TU Sessions d'information
  8. 06:30 TU Journal
  9. 06:43 TU Sessions d'information
  10. 07:00 TU Journal
  11. 07:10 TU Sessions d'information
  12. 07:30 TU Sessions d'information
  13. 08:00 TU Journal
  14. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  15. 08:30 TU Journal
  16. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  17. 09:00 TU Journal
  18. 09:10 TU Priorité santé
  19. 09:30 TU Journal
  20. 09:33 TU Priorité santé
  21. 10:00 TU Journal
  22. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  23. 10:30 TU Journal
  24. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  25. 11:00 TU Journal
fermer

France

Crise économique France Ségolène Royal Union Européenne

France: coup d’envoi de la Banque publique d’investissement

media

Le premier conseil d’administration de la Banque publique d’investissement (BPI) s’est tenu ce jeudi 21 février à Dijon, en présence de son président Jean-Pierre Jouyet et de Ségolène Royal, la vice-présidente. Objectif affiché du gouvernement : participer à la ré-industrialisation de la France en accordant des prêts aux petites et moyennes entreprises.

C'est donc ce jeudi 21 février 2013 que Ségolène Royal, présidente de la région Poitou-Charentes, a officiellement été nommée vice-présidente et porte-parole de la BPI, le nouveau bras armé financier de l’Etat. Le président Jean-Pierre Jouyet a prononcé son nom lors du premier conseil d'administration. Soutenir les petites et les moyennes entreprises et les entreprises de taille intermédiaire, fragilisées par la crise, en leur prêtant de l’argent, c’est la principale mission de la BPI.

Pour remplir cet objectif, la BPI va disposer d’une force de frappe de 42 milliards d’euros. Un engagement financier qui pourra prendra la forme de prêts, d'investissements ou bien encore de prises de participation au capital, comme l’a expliqué le ministre de l’Economie, Pierre Moscovici : « Cette somme va se répartir en 20 milliards destinés à être prêtés, 12 milliards pour des garanties et 10 milliards d’euros consacrés à des investissements en fonds propres. »

Un établissement ancré dans les territoires

La seconde mission de la BPI est de jouer la carte de la proximité. Très ancré dans les territoires, cet établissement sera également présent dans les régions, sous la forme d'un guichet. Un guichet unique qui doit regrouper les services de trois structures déjà existantes, la banque OSEO, qui s’occupait déjà des PME ; le FSI, le Fonds stratégique d’investissement mis en place en 2008 ; et CDC entreprises, une filiale de la Caisse des dépôts.

A terme, la BPI devrait intégrer les services d'Ubifrance, qui accompagne les entreprises à l’exportation. La BPI, qui devrait compter des régions dans son conseil d'administration, sera également sous la double tutelle des ministres de l’Economie et du Redressement productif, Pierre Moscovici et Arnaud Montebourg.

« Une nomination familiale »

Plusieurs polémiques ont émaillé la naissance de la BPI qui sera opérationnelle en mai prochain. La dernière concerne la nomination de Ségolène Royal en tant que vice-présidente et porte-parole. L'annonce de cette nomination a immédiatement fait réagir. La droite a contesté cette « nomination familiale », en faveur de l'ex-compagne du président François Hollande.

Pour sa part, la majorité de gauche y voit « une nomination de choix » qui se base sur les compétences de l'ancienne candidate à la présidentielle. Cette banque publique d'investissement, « c'est son concept », a rappelé Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement.

Il est vrai, que dans son programme présidentiel de 2007, Ségolène Royal soutenait la « création de fonds publics régionaux de participation pour les PME ». Une promesse mise en place chez elle, dans la région Poitou-Charentes à partir d'octobre 2011, pour garantir le financement des petites et moyennes entreprises.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.