GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 28 Avril
Vendredi 29 Avril
Samedi 30 Avril
Dimanche 1 Mai
Aujourd'hui
Mardi 3 Mai
Mercredi 4 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Air France-KLM confirme la nomination de Jean-Marc Janaillac au poste de PDG
    • Un navire de croisière quitte les Etats-Unis pour Cuba, une première en 50 ans
    France

    France: l'accès aux soins des plus démunis en débat au Sénat

    media

    Améliorer l'accès aux soins des plus démunis. Tel est l'objectif de la proposition de loi inscrite à l'agenda du Sénat en France. Pour la sénatrice EELV (Europe Ecologie Les Verts) de Seine-Saint-Denis à l'origine de la proposition, c’est l’occasion de faire le point sur la situation actuelle et notamment l'application de la loi de couverture médicale universelle, qui doit assurer l'accès aux soins pour les plus pauvres.

    La proposition de loi n'est pas finalisée. Mais déjà, la sénatrice Aline Archimbaud a pu esquisser les grandes lignes d'un projet qu'elle estime nécessaire alors que de plus en plus de gens sombrent dans la précarité et la pauvreté.

    Parmi les propositions fortes, l'article 8 et l'interdiction pour un médecin de dépasser ses honoraires avec des patients qui touchent le Smic et en dessous. « Des millions de personnes sont aujourd'hui en grande précarité. Et on ne peut pas leur imposer des dépassements d'honoraires parce que 42% de nos concitoyens ont un jour ou l'autre renoncé à des soins », explique Aline Archimbaud. Selon elle, les démarches administratives sont trop compliquées pour les plus démunis.

    Hélène Zeitoun, directrice d'un centre de santé en Seine-Saint-Denis qui assure aussi un suivi social des patients, qualifie ces démarches de parcours du combattant, sans garantie de succès : « Pour faire un dossier de CMU, le temps de traitement est de deux mois. C'est très compliqué pour quelqu'un qui n'est pas aidé et qui est déjà en situation précaire ».

    D'ici au 28 mars, date du premier débat sur la loi au Sénat, la commission de santé du Sénat va interroger les acteurs de la santé. Le but : proposer une loi réaliste qui puisse être adoptée dans les plus brefs délais.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.