GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: l’air des vallées alpines aussi pollué que Paris ou Lyon

    media Le mont Blanc en juillet 2005. Photo: Semnoz, source: Wikipédia

    En février-mars, de nombreux Français prennent le chemin des vacances des sports d'hiver et partent peut-être dans les Alpes. Impatients de respirer l’air pur de la montagne, ils ignorent souvent que l'atmosphère peut y être aussi polluée qu'à Paris ou Lyon. En cause notamment, les poussières fines émises par le chauffage au bois et la circulation automobile.

    L'air de la montagne est-il meilleur que l'air des villes ? Pas si sûr... Les pics de pollution sont un phénomène fréquent en région Rhône-Alpes. Ils affectent surtout les vallées, mais peuvent aussi atteindre les sommets. Certains polluants, comme l’explique Marie-Pierre Vignot de l’Observatoire régional de l’Air, sont particulièrement nocifs : « Ce sont des poussières fines et ces poussières sont à la fois émises par le chauffage au bois, les automobiles. On peut avoir aussi des poussières qui viennent d’industries et d’autres sources ».

    Et plus il fait beau, plus la pollution est importante. Nathalie Dufour, chargée de projet Qualité de l’air chez EnviroConsult : « Les pics de pollution sont très liés aux conditions météorologiques. Quant on a des conditions très stables, les polluants vont s’accumuler au ras du sol. Si on a de la pluie ou du vent, ces niveaux sont diminués ».

    Selon Simon Métral, président de l’Association pour le respect du site du mont Blanc (ARSMB), si l'on veut réduire la pollution atmosphérique dans la région, il faudrait repenser l’activité touristique : « L’apport massif des vacanciers fait en sorte que les taux de pollution sont en croissance. Cela fait partie du développement économique, mais on peut aussi développer d’autres modes que le mode routier. En Haute-Savoie, c’est le tout routier qui a été choisi par nos décideurs. On n’a pas réfléchi à des solutions alternatives ».

    Etant donné que certaines vallées alpines affichent le même taux annuel de pollution que les Champs-Élysées à Paris, cette réflexion est vraiment urgente...

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.