GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Septembre
Lundi 23 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Au tribunal, DSK se dit «choqué par un texte méprisable»

    media Dominique Strauss-Kahn au palais de justice de Paris le 26 février 2013. AFP / Tribouillard

    Dominique Strauss-Kahn est ce mardi 26 février au palais de justice de Paris où ses avocats ont intenté une action pour faire interdire le livre de l’essayiste Marcela Iacub, Belle et bête, qui doit être commercialisé demain mercredi. Un référé pour atteinte à la liberté à la vie privée.

    Avec notre envoyé spécial au palais de justice de Paris, Franck Alexandre

    On a pu voir un Dominique Strauss-Kahn combatif qui d’une forte voix a plaidé sa cause : « Je suis choqué par ce texte méprisable, un texte écrit en faisant fi de ma vie privée. Je suis horrifié par le procédé qui a été utilisé pour l’obtenir dans un but mercantile ». Et de conclure : « Tout n’est pas permis, notamment tirer sur un homme déjà à terre ».

    Ce livre écrit par Marcela Iacub racontant sa liaison avec DSK qu’elle nomme « le cochon » et cette interview exclusive au Nouvel Observateur ne sont donc qu’« un piège odieux ». Et pour plaider la thèse de la manipulation de l’atteinte flagrante à la vie privée, la défense de DSK s’appuie sur un mail envoyé en novembre dernier par l’écrivain à son ancien amant. Marcela Iacub écrit en substance « les gens avec lesquels j’ai travaillé m’ont utilisée pour te nuire. Je suis désolée ».

    « Un écrivain attiré par un énorme cachet »

    « Formidable aveu. Dans cette affaire, on a un écrivain attiré par un énorme cachet, un éditeur appâté par le gain et un hebdomadaire qui veut augmenter ses ventes sous couvert de littérature », martèle alors Jean Veil, avocat de Dominique Strauss-Kahn. « On vous demande de sacraliser l’indiscrétion », assène à son tour l’avocat Richard Malka.

    Le tribunal va désormais devoir trancher entre deux maux : l’atteinte à la vie privée ou la censure. Mais il doit faire vite, la diffusion de l’ouvrage tant décrié est prévue demain.

    Beaucoup de gens s’expriment en mon nom, mais maintenant ça va trop loin. Je suis complètement dégoûté par le caractère méprisable de ce texte, et par le fait qu’il est totalement mensonger, dans ce qu'il raconte comme dans les citations qu'il fait de moi. Mais au-delà de ça, je suis aussi horrifié par le procédé malhonnête qui a été mis en œuvre pour écrire ce livre, et ça uniquement à des fins mercantiles, de la part de ceux, éditeurs, journaux, hebdomadaires, qui trompent leurs lecteurs en essayant de leur vendre quelque chose uniquement pour faire du profit

    Dominique Strauss-Kahn

    Ancien patron du FMI

    26/02/2013 - par Franck Alexandre Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.