Un an après la tuerie de l'école Ozar Hatorah, l'heure est au recueillement, à Toulouse - France - RFI

 

  1. 07:30 TU Sessions d'information
  2. 08:00 TU Journal
  3. 08:10 TU Une semaine d'actualité
  4. 08:30 TU Journal
  5. 08:33 TU Une semaine d'actualité
  6. 09:00 TU Journal
  7. 09:10 TU Atelier des médias
  8. 09:30 TU Journal
  9. 09:33 TU Atelier des médias
  10. 10:00 TU Journal
  11. 10:10 TU C'EST PAS DU VENT S 1
  12. 10:30 TU Journal
  13. 10:33 TU C'EST PAS DU VENT S 2
  14. 11:00 TU Journal
  15. 11:10 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  16. 11:30 TU Journal
  17. 11:33 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  18. 12:00 TU Journal
  19. 12:10 TU Sessions d'information
  20. 12:30 TU Journal
  21. 12:33 TU Sessions d'information
  22. 12:40 TU Orient hebdo
  23. 13:00 TU Journal
  24. 13:10 TU LA DANSE DES MOTS 1
  25. 13:30 TU Journal
  1. 07:30 TU Sessions d'information
  2. 08:00 TU Journal
  3. 08:10 TU Archives d'Afrique
  4. 08:30 TU Journal
  5. 08:40 TU Archives d'Afrique
  6. 09:00 TU Journal
  7. 09:10 TU Une semaine d'actualité
  8. 09:30 TU Journal
  9. 09:33 TU Une semaine d'actualité
  10. 10:00 TU Journal
  11. 10:10 TU C'EST PAS DU VENT S 1
  12. 10:30 TU Journal
  13. 10:33 TU C'EST PAS DU VENT S 2
  14. 11:00 TU Journal
  15. 11:10 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  16. 11:30 TU Journal
  17. 11:33 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  18. 12:00 TU Journal
  19. 12:10 TU Afrique presse
  20. 12:30 TU Sessions d'information
  21. 13:00 TU Journal
  22. 13:10 TU La marche du monde
  23. 13:30 TU Journal
  24. 13:33 TU La marche du monde
  25. 14:00 TU Journal
Urgent
Burkina Faso : édition spéciale sur les antennes de RFI ce samedi 1er novembre, de 6h TU à 8h TU
fermer

France

France François Hollande judaïsme Terrorisme

Un an après la tuerie de l'école Ozar Hatorah, l'heure est au recueillement, à Toulouse

media

C’était il y a un à Montauban et à Toulouse, dans le sud-ouest de la France. Mohamed Merah, petit délinquant devenu jihadiste, semait la mort tuant d'abord  trois militaires français, puis devant une école juive, un père de famille et trois enfants. Un an plus tard, de nombreuses zones d’ombre persistent alors que les services de renseignements sont de plus en plus ouvertement critiqués. Ils avaient bien repéré Mohamed Merah, mais ils n’ont pas anticipé ses actes meurtriers. Aujourd’hui à Toulouse, l’heure était au recueillement. François Hollande était sur place et a tenu à participer aux commémorations.

Ce qui a frappé à Toulouse est un mal terrible. Il a un nom, et il doit être prononcé : c'est l'antisémitisme.
François Hollande Le président de la République a rendu hommage aux victimes 11/10/2013 - par Christine Siebert écouter

C’est déjà la troisième fois que François Hollande se déplace à Toulouse pour rendre hommage aux victimes. La première, c’était juste après la tragédie, alors qu’il était encore candidat à l’élection présidentielle, puis avec Benyamin Netanyahu, le Premier ministre israélien, en novembre dernier. Et donc aujourd’hui, pour participer à une cérémonie qui a commencé vers 11 heures à l’issue d’une marche blanche qui, elle, est partie à 10 heures devant la préfecture de la Haute-Garonne.

A cette occasion, le président Français a promis aux familles que les zones d'ombres entourant l'affaire Merah allaient être levées. « La réponse est due aux familles et à la France toute entière », a-t-il affirmé, ajoutant  que « nous devons tout savoir des éventuels dysfonctionnements des services concernés » durant la période. Le chef de l'Etat a  conclu en affirmant qu'à Montauban et à Toulouse, « en tuant des soldats, en s'en prenant à des enfants dans une école, c'est la République que l'on va voulu frapper en son coeur. »

Ceux qui font le mal ne font pas la différence.
Saïd Madaa, imam de la mosquée As-salam 11/10/2013 - par Christine Siebert écouter

De nombreuses personnes se sont déplacées lors de cette commémoration. Parmi eux, des membres de différentes communautés religieuses, et notamment les imams et le rabbin de Toulouse, qui ont appelé les fidèles à se joindre à la marche. La foule a marché en gardant le silence jusqu’au square Charles-de-Gaulle, derrière le Capitole. C’est là que Pierre Cohen, le maire de Toulouse, a accueilli le président de la République.

La France est rassemblée, au-delà des différences [...], face au terrorisme.
François Hollande Président de la République française 11/10/2013 - par Christine Siebert écouter

Lors de la cérémonie, sept enfants de CM2 ont lu sept poèmes en honneur des sept victimes. Cette lecture a été suivie de l’intervention du président Hollande qui rencontrera ensuite les familles des victimes. Un an après ses crimes, Toulouse reste marquée, et l'atmosphère de la ville s'en ressent encore aujourd'hui.

A l’école juive Gan Rachi où les enfants tués étaient scolarisés, les parents témoignent qu’ils y pensent tous les jours. Evidemment, il y a aussi les voitures de police qui stationnent en permanence devant l’école maternelle et élémentaire Gan Rachi, mais aussi devant le collège-lycée Ozar Hatorah où a eu lieu la tuerie, et qui rappellent évidemment ce jour affreux.

Et pour que les Toulousains n’oublient jamais cette tragédie qui a plongé la ville dans la terreur il y a un an, François Hollande et Pierre Cohen ont planté un arbre, un magnolia, en souvenir des victimes. Ce bel arbre symbolise bien sûr le désir d’aller vers la paix.

J'espère qu'il y a des gens de tous bords. Comme ça il y aura de la solidarité.
Une marche blanche a arpenté les rues de Toulouse 11/10/2013 - par Christine Siebert écouter

Cette marche est appelée par l'ensemble de la cité.
Yossef Matusof, directeur de l'école Gan Rachi 11/10/2013 - par Christine Siebert écouter


 

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.