GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Aujourd'hui
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Nucléaire: un nouveau rapport pointe la nécessité de fermer cinq centrales en France

    media François Hollande a prévu de fermer Fessenheim en 2017. (cc) Wikimédia/Florival fr (Rémi Stosskopf)

    «Pourquoi seulement moi ?». Ce message, les activistes de Greenpeace l'ont projeté en grand sur la centrale nucléaire de Fessenheim, jeudi 28 mars. Cette opération coup de poing accompagne la publication d’un rapport, un document qui avance la nécessité de fermer cinq centrales en priorité, et pas exclusivement celle de Fessenheim.

    Une étude de Greenpeace France dresse une liste noire de quatre centrales nucléaires estimées dangereuses, dont la fermeture devraient être programmée, comme l'explique Yannick Rousselet, chargé des campagnes nucléaires à Greenpeace France.

    « François Hollande a prévu de fermer Fessenheim en 2017, explique-t-il, et la question est "sur quels critères ?" et "quels seraient les autres critères pour les autres centrales ?" Est-ce qu’il n’y a pas a priori d’autres centrales qui auraient le même niveau de sureté, même difficultés. On a simplement fait une approche multicritères, multirisques , un comparatif entre les différe,tes centrales, et nos conclusions sont claires : il y a un groupe de cinq centrales qui se détache très nettement des autres comme étant celles qu’il faut absolument fermer en priorité ».

    Pour l'ONG antinucléaire, en plus de Fessenheim, il s'agit des centrales de Gravelines, située en bord de mer et en zone sismique, du Blayais, qui serait sous dimensionnée par rapport au risque sismique, du Tricastin, située à proximité d'un grand couloir de passage comme l'autoroute A7 et la centrale du Bugey, qui date de 1978 et qui souffrirait de problèmes structurels.

    Un constat non partagé à priori par l'exploitant EDF et par l'Autorité nucléaire qui n'ont pas souhaité s'exprimer mais qui auraient tout de même investi 10 millions d'euros sur ces sites depuis la catastrophe de Fukushima.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.