GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Aujourd'hui
Dimanche 25 Août
Lundi 26 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Affaire Bettencourt: un juge dans la ligne de mire

    media Le juge Jean-Michel Gentil, devant le tribunal de Bordeaux, le 19 février 2013.

    Alors que l’instruction de l’affaire Bettencourt vient d’arriver à son terme, un des magistrats en charge du dossier, le juge Jean-Michel Gentil, qui a inculpé le 21 mars 2013 Nicolas Sarkozy, a reçu comme deux journalistes, des menaces de mort par lettre accompagnées de balles de gros calibre. L’ancien président qui avait décidé de former un recours en nullité contre la décision du juge, a reculé ce 29 mars. Prenant le parti de calmer le jeu, Nicolas Sarkozy a en effet choisi de suspendre son recours.

    De rebondissement en rebondissement, l’affaire Bettencourt ne quitte jamais bien longtemps la Une des médias, suite aux révélations du site Médiapart en juin 2010. Depuis près de trois ans, ce qui aurait pu rester une affaire de gros sous et de querelle familiale autour d’une vieille dame très fortunée, Liliane Bettencourt héritière de L’Oréal, s’est transformée en affaire politico-financière. 

    À ce jour, douze personnes ont été mises en examen dans les trois volets que comporte ce volumineux dossier. Et la dernière n’est pas la moindre puisqu’il s’agit de Nicolas Sarkozy, inculpé d’« abus de faiblesse » à l’encontre de la milliardaire, après une journée d’audition menée par le juge bordelais, Jean-Michel Gentil. Le choc est rude et il déclenche aussitôt les foudres des proches de l’ancien président. Et particulièrement celles de son ancienne plume Henri Guaino qui attaque le juge Gentil, lui reprochant d’avoir « déshonoré la justice ». Ce dernier porte plainte.

    Un mystérieux groupe inconnu jusqu’alors

    Mais l’emballement ne retombe pas pour autant. Le mercredi 27 mars, des menaces de mort sont envoyées par courrier accompagnées de balles à blanc de gros calibre au juge Gentil comme à deux journalistes en vue, Jean-Pierre Elkabach et Michaël Darmon. L’entourage du juge Gentil a précisé que d’autres juges étaient aussi visés par les menaces. 

    La missive adressée à Jean-Michel Gentil était signée d’un groupe se baptisant « IFO » pour Interaction des forces de l’ordre. Elle contient des propos erronés qualifiant par exemple le juge Gentil de membre du « Syndicat de la magistrature (...) groupuscules de juges rouges révolutionnaires, social-soviétiques (...) », alors que Jean-Michel Gentil n’est pas membre de ce syndicat.

    « Vous êtes physiquement bien protégé », poursuit le ou les mystérieux auteurs qui font depuis l’objet d’une enquête confiée à la section antiterroriste du parquet de Paris, « mais l'un des vôtres va disparaître », menace IFO. Le texte précise que « les cartouches jointes sont à blanc, en attendant de monter nos interventions », et poursuit en assurant que les laboratoires d'expertise ne parviendront pas à trouver trace des auteurs de ces lettres.

    Climat délétère

    Pour la ministre de la Justice, Christiane Taubira, les menaces de mort proférées à l’encontre du juge Gentil illustrent « le climat délétère dans lequel se déroule l’œuvre de justice ». Sur le même ton, mais plus précis, les magistrats du Syndicat de la magistrature pointent quant à eux « la violence des propos de la « garde rapprochée » de l’ancien président. L’œuvre de décrédibilisation de la justice à laquelle elle s’est livrée ne peut que susciter l’incompréhension des citoyens, la perte de confiance en l’institution judiciaire et, pour finir, l’insupportable déchaînement de haine envers les magistrats chargés de rendre la justice ».  

    De son côté, la « garde rapprochée » de l’ex-président Sarkozy réagit tout ce qu’il y a de plus tranquillement. Henri Guaino ne retire donc rien : « J’ai parfaitement pesé mes mots » se contente-t-il d’appuyer. Dans un entretien accordé jeudi à Valeurs actuelles il revendique le droit de critiquer la décision du juge et maintient que l’« accusation infamante » d’abus de faiblesse contre Nicolas Sarkozy relève de l’« abus de pouvoir » et du « dévoiement de la justice ».

    Depuis, les clameurs ne se sont guère calmées malgré le renoncement de Nicolas Sarkozy à poursuivre le juge Gentil pour obtenir l’annulation de sa décision. Le chœur des amis de l’ex-président donne de la voix à qui mieux-mieux, rejetant fermement les arguments de ceux qui les rendent responsables des menaces de mort adressées au juge.

    Ainsi, l’ancienne ministre de la Justice, Elisabeth Guigou, a parlé de « responsabilité des amis de Nicolas Sarkozy ». Des propos qui révulsent le patron des députés UMP : « C'est inimaginable, invraisemblable qu'on puisse, ne serait-ce qu'une fraction de seconde, penser » à un lien entre ces critiques et la lettre reçue au parquet de Bordeaux, a martelé Christian Jacob.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.