GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Nouvelle frappe israélienne contre des cibles du Jihad islamique à Gaza (armée)
    France

    France: la publication du patrimoine des élus divise les parlementaires

    media Jean-Marc Ayrault a été confronté ce jeudi 11 avril aux premières réserves émises sur le projet de moralisation de la vie politique. REUTERS/Gonzalo Fuentes

    En France, le gouvernement se lance dans sa nouvelle mission de moralisation de la vie politique. La première étape a eu lieu ce jeudi après-midi 11 avril. Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a reçu tous les présidents des groupes de l'Assemblée et du Sénat. Une réunion pour discuter du projet de loi de François Hollande, en particulier la publication du patrimoine des élus. L'idée est loin de faire l'unanimité.
     

    Pour les communistes, pas de problème pour publier son patrimoine quand on est élu. Mais pour Eliane Assassi, patronne du PCF au Sénat, ce n'est pas l'essentiel. « L’évasion fiscale, c’est quand même un sacré problème. Qu’il y ait des milliards qui dorment dans des coffres forts dans d’autres pays, il est là, le problème. Parce que le patrimoine des élus à côté, excusez-moi mais c’est peanuts », estime la sénatrice.

    À droite en revanche, on est vent debout contre la publication du patrimoine des parlementaires. Pour Christian Jacob, patron de l'UMP à l'Assemblée nationale, ce ne serait qu'une tentative de diversion de la part du gouvernement, dans cette affaire Cahuzac. La droite réclame une commission d'enquête.

    « Nous voulons avoir toute la lumière sur ce qui s’est passé. De quelle manière les autorités suisses ont été interrogées. Qui a tenu la plume. Est-ce que c’est monsieur Moscovici ? Est-ce que c’est sur instruction du Premier ministre ou d’autres ? Est-ce que l’administration fiscale a été instrumentalisée ? Par qui, à quelle fin ? », interroge Christian Jacob.

    Plus embarrassant pour François Hollande : même le président socialiste de l’Assemblée nationale émet de sérieuses réserves sur la publication du patrimoine. « Je crois qu’une nouvelle fois, cela donne un signal : vous devez vous méfier des élus, estime Claude Bartolone. Et je ne voudrais pas que dans cette volonté de lutter contre toute dérive, on donne le sentiment que les élus sont condamnables à priori, ce serait une mauvaise chose pour la démocratie ».

    Avec toutes ces oppositions, la discussion de ce projet de loi à l'Assemblée nationale, dans un peu moins de deux semaines, promet d'être animée.

    Je suis convaincu que les parlementaires sauront trouver les bonnes réponses à la hauteur des enjeux (…). Ma conviction, c’est qu’il y a eu un avant et qu’il y aura un après.

    Jean-Marc Ayrault

    Premier ministre français

    11/04/2013 - par Charlotte Gauthier Écouter

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.