GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 19 Novembre
Mardi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: la radicalisation des opposants au mariage pour tous au centre des débats à l’Assemblée

    media Christiane Taubira, ministre de la Justice, lors de l’ouverture de la seconde lecture devant l’Assemblée nationale du projet de loi sur le mariage gay, ce mercredi 17 avril. REUTERS/Charles Platiau

    Le projet de loi ouvrant le mariage aux homosexuels est de nouveau devant l’Assemblée nationale depuis ce mercredi 17 avril. Les débats devraient s’achever vendredi, avant une adoption définitive prévue le 23 avril. La radicalisation de certains opposants a été au centre des débats.

    « Vous voulez nous faire taire, mais nous ne nous tairons pas, madame la ministre ! ». Il est un peu plus de 17h30, mercredi 17 avril, à l'Assemblée nationale. La tension monte d’un cran dans l’hémicycle. Les mots prononcés par Christian Jacob, le porte-parole du groupe UMP, déclenchent à plusieurs reprises la colère de la majorité. « Vous craignez à ce point le peuple que vous avez décidé d’en finir en une semaine, coûte que coûte, le plus vite possible. Cette fuite en avant est désespérée », accuse le député UMP.

    Taubira fustige les « cracheurs de haine »

    Quelques minutes auparavant, Christiane Taubira avait ouvert les débats en parlant d’un texte « légitime. » La ministre de la Justice a épinglé ceux qu’elle qualifie de « cracheurs de haine », ceux qui s’opposent de manière violente à ce projet de loi sur le mariage gay.

    La ministre en a aussi profité pour mettre en garde l'opposition : « Chacun devra prendre ses responsabilités au regard de la paix civile. Celles et ceux qui animent des passions mauvaises, que viennent parasiter ceux qui font œuvre de fauteurs de trouble et qui sont trop heureux de défier la République et de nier la démocratie. »

    Les discussions sont prévues pour durer vingt-cinq heures, jusqu’au vendredi 19 avril, en principe. Car le gouvernement a prévu d’utiliser le temps programmé, histoire d’aller plus vite. Pas sûr que les députés aient le temps d’examiner les 2 500 amendements déposés par l’opposition.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.