GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 18 Mai
Samedi 19 Mai
Dimanche 20 Mai
Lundi 21 Mai
Aujourd'hui
Mercredi 23 Mai
Jeudi 24 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Keith Haring à Paris

    media

    Le Musée d'Art moderne de la ville de Paris et le centre culturel Centquatre présentent jusqu'au 18 août une rétrospective de l'artiste américain Keith Haring (1958-1990). The Political Line réunit 250 œuvres : bâches, dessins, tableaux, céramiques, dans un ensemble jamais rassemblé en France. Véritable icône pop et star subversive de l'art, Keith Haring a été l'un des artistes les plus connus de son époque. En utilisant les espaces publics, il a lutté contre le racisme, le capitalisme, l'homophobie, et l'épidémie du sida.

    L'affiche de l'exposition présente l'une des peintures emblématiques de Keith Haring qui nous transmet le message de cet artiste de génie, mort prématurément du sida en 1990, à l’âge de 31 ans. « C’est une bâche jaune et on a une figure en noir, bordée de rouge, qui lève les bras vers le ciel, explique la commissaire de l’exposition Odile Burlulaux. Et cet individu présente un énorme trou dans son estomac. À travers ce trou viennent passer des chiens qui sont en fait tous les mouvements qui nous animent, mais aussi toutes les coercitions, toutes les obligations qui nous sont imposées, tout ce que nous acceptons et qui peut nous déchirer ou de nous faire mal. »

    Pour la première fois, dans cette exposition, on met l'accent sur la dimension politique de l'œuvre de Keith Haring. Il s'est engagé à côté des communautés d'artistes noirs ou homosexuels, des artistes issus du milieu du hip-hop, et dans la lutte contre le racisme, comme dans cet hommage à Michael Stuart, un graffiteur mort en prison. « On voit deux croix rouges qui montrent les deux endroits où, selon lui, le racisme est terrifiant : ce sont les États-Unis et l’Afrique du Sud. Il se déverse de cette planète un flot de sang dans lequel viennent mourir des personnes de toutes couleurs. On y voit aussi la dénonciation des personnes qui ne font rien, alors qu’il pense vraiment, en tant que citoyen, on a la possibilité de se manifester et d’agir et de changer le sens des choses. »
     
    Tout au long de sa courte vie, Keith Haring a peint pour dénoncer les abus de la société : la menace nucléaire, celle des multimédias, l'illettrisme, la drogue et le sida. Au Centquatre, on est pris par l'émotion devant les peintures de son œuvre monumentale Les Dix commandements, un ensemble de dix panneaux de sept mètres de haut. « Il a pris le principe des Dix Commandements pour dire : j’ai envie de donner dix attentions, dix règles, dix précautions, que les individus doivent prendre. Mais, poursuit José Manuel Gonçalves, le directeur du centre culturel Centquatre, c’est totalement métaphorique, parce que, après, il y a des signes qui sont très clairement envers l’État : l’argent par exemple. Attention à la cupidité. Il a donc repris le principe des Dix Commandements comme idée, et puis, il l’a développé d’une manière complètement différente. »
     
    À travers la Fondation qu'il a créée en 1988 pour les enfants défavorisés et lutter contre le sida, le combat de Keith Haring continue encore aujourd'hui.

    _______________________________________
    Keith Haring, The Political Line
    , exposition au Musée d'art moderne de la ville de Paris. Le centre culturel Centquatre prolonge la rétrospective en présentant les œuvres grand format de l'artiste, notamment l'une de ses plus importantes, Les Dix Commandements, créée en 1985. Jusqu'au 14 août.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.