GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 24 Juillet
Jeudi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: à Matignon, syndicats et patronat défendent leurs idées sur la réforme des retraites

    media Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault (2e à gauche) entouré de membres du gouvernement et de partenaires sociaux, à l’Hôtel de Matignon. Paris, le 13 mai 2013. AFP PHOTO MARTIN BUREAU

    L'actualité française est marquée ce lundi 13 mai par la rencontre entre le Premier ministre Jean-Marc Ayrault et les organisations patronales et syndicales. Objectif : préparer la deuxième conférence sociale des 20 et 21 juin prochain. Le thème des retraites arrive en tête des préoccupations et pour cause, le gouvernement a promis une nouvelle réforme du système des retraites avant la fin de l'année.

    Si rien n’est fait, le régime des retraites devrait être en déficit de 20 milliards d’euros par an en 2020. Laurence Parisot, la présidente du Medef (Mouvement des entreprises de France) a déjà une idée bien précise de ce que devrait être la réforme : « Notre préconisation est d’allonger la durée de cotisation à quarante-trois ans d’ici 2020 et par ailleurs de repousser l’âge légal de la retraite à au moins 65 ans, à l’horizon 2040. »

    Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force ouvrière, défend l’idée que lutter contre le chômage, c’est contribuer au financement des retraites. Et il s’oppose totalement aux préconisations avancées par Laurence Parisot : « On n’acceptera pas de rallonger l’âge ou de rallonger la durée de cotisation. Et après, sur l’aspect cotisation on a toujours dit qu’on était prêts à regarder, y compris à accepter des augmentations de cotisations indiscutées. Que le patronat dise ça, cela ne me surprend pas, ce n’est pas la première fois qu’il le dit, mais on est en profond désaccord, ça s’appelle la lutte de classe et rien d’autre. »

    Remise à plat du système

    Et on sait que la CGT n’est pas très loin de ces positions. Quant à Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, il souhaite une remise à plat de l’ensemble du système, toute autre solution ne serait, selon lui, que replâtrage.

    A partir de propositions aussi éloignées, on sent que le gouvernement aura fort à faire pour mener à bien une réforme particulièrement sensible aux yeux de l'opinion publique. Or la France a jusqu'à 2015 pour ramener son déficit public à 3% du PIB, et elle sera particulièrement attendue sur le dossier des retraites.

    Certains pensent que le gouvernement voudrait aller vite, à la hussarde, il n'en est absolument pas question. Nous aurons sur la table toutes les options possibles qui pourront faire l'objet d'échanges approfondis. Donc il n'y a pas là de notre part urgence ou diktat, il y a volonté de prendre les problèmes à bras-le-corps, avec une méthode, qui est celle du dialogue social
    Jean-Marc Ayrault, Premier ministre

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.