GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Novembre
Samedi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Procès du Mediator: Servier quitte l'audience

    media Jacques Servier entouré de ses avocats, au tribunal de Nanterre, le 21 mai 2013. REUTERS/Philippe Wojazer

    Le fondateur des laboratoires Servier, Jacques Servier, a pris place ce mardi 21 mai sur le banc des prévenus à Nanterre, en région parisienne, pour le premier procès pénal du Mediator. Le médicament est accusé d'avoir déjà causé des centaines de morts en France. Jacques Servier, 91 ans, a quitté l'audience une heure et demie après la reprise du procès. Compte-rendu d’audience.

    Avec notre envoyé spécial au tribunal de Nanterre, Franck Alexandre

    Surpris par une caméra de télévision, il y a quelques jours, Jacques Servier avait lâché : « On s’en fout de ce procès ». Alors pour ne pas faire mauvaise figure, il est venu mais il n’est resté qu’une heure et demie à peine.

    Agé de 91 ans, le fondateur des laboratoires Servier a prétexté la fatigue pour s’éclipser, provoquant la colère des victimes. « Il n’a jamais osé regarder les gens. Moi, j’aurais aimé pouvoir croiser son regard, ça m’aurait fait du bien de pouvoir croiser son regard. J’ai pleuré tellement j’étais écœurée de voir son attitude. Quand il a dit " je me fous du procès ", eh bien c’était bien confirmé aujourd’hui. »

    Bras de fer procédural pour ce premier jour, la défense de Jacques Servier estime que ce procès est inéquitable alors que leur client est mis en examen à Paris où une instruction est sur le point de s’achever.

    Mais les parties civiles sont aussi divisées. Certains plaignants estiment que ce procès trop rapide, sans expertise, n’a pas lieu d’être. « Je vais peut-être vous surprendre, mais ma volonté est dans l’intérêt des victimes. C’est que cette audience soit reportée, que l’instruction sur Paris soit clôturée et que nous puissions avoir tous les éléments pour juger convenablement M. Servier et les autres dirigeants, dit Me Jean-Christophe Coubris, qui représente 40 victimes dans la procédure de Nanterre. Donc ma volonté, c’est de demander un sursaut à statuer pour que l’enquête menée par le pôle de santé soit bouclée et ça c’est dans quelques semaines, c'est pas dans deux ans. »

    Alors, Nanterre ou Paris ? C’est désormais au tribunal de trancher.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.