GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Soulagement au FMI après l'audition de Christine Lagarde par la justice française

    media Christine Lagarde, la directrice générale du FMI quittant la Cour de justice de la République à Paris, le 24 mai 2013. REUTERS/Stephane Mahe

    Après une très longue audition, jeudi 23 et vendredi 24 mai, Christine Lagarde a été placée sous le statut de témoin assisté pour son rôle dans l'arbitrage privé rendu dans l'affaire opposant le Crédit Lyonnais à Bernard Tapie. La directrice du Fonds monétaire international évite donc la mise en examen et déclare rentrer à Washington pour reprendre les rênes de l'institution. Le conseil d'administration du Fonds lui avait précédemment exprimé sa confiance. Une confiance renouvelée depuis cette décision.

    C'était l'hypothèse la plus favorable pour Christine Lagarde : ressortir des deux jours d'audition devant la Cour de justice de la République en évitant la mise en examen. Le choix des juges de la placer simplement sous le statut de témoin assisté signifie qu'il n'y a pas d'indices graves et concordants contre elle, pour le moment. Car rien n'est encore définitif et l'ancienne ministre de l'Economie de Nicolas Sarkozy peut être de nouveau entendue et son statut peut évoluer.

    L'instruction continue en effet et rien ne peut laisser encore préjuger de son issue finale. Car au-delà du rôle de Christine Lagarde, ce qui est aussi en jeu est la régularité de la procédure d'arbitrage qui a abouti au versement par l'Etat de quelque 400 millions d'euros à Bernard Tapie. L'actuel ministre de l'Economie, Pierre Moscovici a d'ailleurs déclaré récemment que l'Etat pourrait envisager un recours en annulation en fonction des développements de l'affaire.

    Mais dans l'immédiat, Christine Lagarde bénéficie incontestablement d'un répit et devrait pouvoir reprendre sa mission à la direction du FMI, qui jusqu'à présent l'a toujours assuré de son soutien, avec moins de pression. Ce qui éviterait à la France d'avoir une nouvelle fois, après Dominique Strauss-Kahn, un de ses représentants obligés de quitter la tête de cette institution à cause d'une affaire.

    Le FMI soulagé

    A la sortie des locaux de la Cour de justice de la République de Paris, Christine Lagarde faisant face à une forêt de micros, a livré une courte intervention en anglais et en français. Ses explications, a-t-elle assuré, « ont permis d’apporter des réponses aux doutes qui avaient été soulevés ». Et d’ajouter : « Mon statut de témoin assisté n’est pas une surprise pour moi puisque j’ai toujours agi dans l’intérêt de l’État, et conformément à la loi. Il est temps maintenant pour moi de rentrer à Washington pour suivre ma mission à la tête du FMI et rendre compte à mon conseil d’administration. »

    C’est avec soulagement - un soulagement bien compréhensible -, que le Fonds monétaire international a appris cette nouvelle, et a renouvelé sa confiance à sa directrice générale, déjà exprimée jeudi dernier. « Le conseil d’administration a été tenu informé de cette affaire à plusieurs reprises, et a exprimé à chaque fois sa confiance dans la capacité de cette directrice générale de s’acquitter efficacement de ses fonctions. Le conseil sera de nouveau tenu informé de son évolution dans les prochains jours », a-t-il déclaré dans un communiqué.

    Au moment où était examinée la candidature de Christine Lagarde à la succession de Dominique Strauss-Kahn, la possibilité de sa mise en examen dans l’affaire Tapie avait été prise en compte, mais sans trop d’inquiétude. Le fait que l’ancienne ministre des Finances ait été placée sous statut de témoin assisté semble donc écarter le danger d’une nouvelle démission à la tête de la prestigieuse institution.

    Popularité outre-Atlantique

    En fait, à y regarder de plus près, les affaires Lagarde et Strauss-Kahnsont tout de même fort différentes. Dominique Strauss-Kahn était peu connu des Américains qui l’ont vraiment découvert,  non sous son meilleur jour, après le scandale du Sofitel. Les Strauss-Kahn vivaient une existence très discrète à Washington et avaient un cercle restreint d’amis.

    Christine Lagarde est, par contre, très connue. Elle sort beaucoup, et fait partie du tout Washington. Elle a été interviewée dans toutes les émissions phares de la télévision américaine, comme la célèbre « 60 minutes » de CBS. Elle a eu droit à de nombreux articles élogieux dans la presse, qui soulignent son charme, son élégance, et puis bien sûr, ses compétences professionnelles.

    Etant donné qu'elle a fait ses études dans une école privée de Washington et qu’elle a travaillé dans un grand cabinet d’avocats de Chicago, les Américains la considèrent un peu comme une des leurs, mais avec le chic français.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.