GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Le gouvernement s'attèle à la réforme des retraites

    media Manifestation contre un précédent projet de réforme des retraites, à Lyon, le 16 octobre 2010. AFP/Jean-Pierre Clatot

    La réforme des retraites est sans aucun doute l'un des dossiers les plus sensibles du quinquennat de François Hollande. C'est une réforme structurelle, indispensable. Elle sera élaborée cet été puis présentée à la rentrée. Comme base des incontournables négociations à venir, un rapport a été commandé par le gouvernement à une commission d'experts présidée par Yannick Moreau, l'ancienne présidente du conseil d'orientation des retraites. Il ne sera publié que vendredi prochain mais il a été livré, dans les grandes lignes, aux syndicats la semaine dernière. Il devrait servir de base aux négociations entre partenaires sociaux, les 20 et 21 juin prochains.

    Le rapport Moreau sur la réforme des retraites, qui sera publié ce vendredi 14 juin, dresse un certain nombre de pistes et d'hypothèses. Il aborde à peu près tous les thèmes liés au système français : les inégalités entre hommes et femmes, la prise en compte de la pénibilité de certaines carrières (policiers, pompiers, douaniers), les différences de traîtement entre les salariés du public et du privé. C'est un rapport très complet, qui offre de nombreuses pistes de réflexion, et qui laisse, de fait, la place aux compromis.

    Deux pistes qui font déjà polémique

    L'une des pistes envisagées, et qui fait grincer des dents, c'est l'allongement de la durée de cotisation. Elle permettrait, en théorie, de ne pas toucher à l'âge légal du départ à la retraite - François Hollande pendant la campagne s'était engagé à ne pas le relever - mais dans les faits, cotiser plus longtemps c'est partir plus tard, et pas forcément dans les meilleures conditions. Philippe Pihet est en charge des retraites au sein du syndicat Force ouvrière : « Mercredi après-midi, je reçois un courriel d'une femme qui a engrangé 178 trimestres, puisqu'elle a eu des enfants. Elle ne va plus toucher son chômage parce que son entreprise a fermé il y a trois ans ; donc là, dans trois mois elle bascule dans l'aide sociale puisqu'elle n'a plus le droit au chômage. Elle pourrait partir en retraite mais elle n'a pas l'âge ! Et du coup elle va se retrouver pendant deux ans et demi à ce que l'on appelle l'allocation de solidarité spécifique (471 euros par mois). Comment voulez-vous expliquer à cette dame qu'il faut allonger le nombre de trimestre ou qu'il faut reculer l'âge de l'activité ? ».

    Un constat que dresse également Eric Aubin, en charge des retraites à la CGT. Les parcours professionnels d'aujourd'hui n'ont plus rien à voir avec ceux d'hier, Il faut prendre en compte désormais la précarisation de l'emploi, les interruptions, les périodes de chômage à rallonge : « Il faut prendre en compte la situation de l'emploi telle qu'elle est aujourd'hui dans notre pays ! Nous avons trois indicateurs qui sont au rouge : le chômage des jeunes, le chômage des seniors, le chômage longue durée. Et l'on ne créera pas d'emploi parce que le niveau de croissance n'est pas au rendez-vous. Et l'on demande aux salariés de travailler plus longtemps ? Je crois que c'est complètement utopique, complètement ubuesque ! ».

    Refonte du calcul des pensions des fonctionnaires

    L'autre sujet qui enflamme les syndicats c'est l'alignement partiel du régime des fonctionnaires sur le privé. Aujourd'hui, les pensions des fonctionnaires sont calculées sur les six derniers mois de salaire, contre la moyenne des vingt-cinq meilleures années pour un salarié du privé. S'agit-il d'un traitement de faveur ? Non, répond Bernadette Groison de la FSU, la Fédération syndicale unitaire, le parcours professionnel n'a rien à voir : « Les fonctionnaires ont un déroulement de carrière linéaire, c'est à dire qu'il faut attendre la fin de sa carrière pour atteindre la meilleure position, et le meilleur salaire. Plus vous abaissez la barre du calcul, plus, de fait, vous baissez le niveau de pension auquel vous aurez droit. C'est pour cette raison que nous avions obtenu il y a bien longtemps déjà que ce calcul se fasse sur les six derniers mois de salaire des fonctionnaires. On le sait très bien dans le privé, et en particulier pour les cadres, la carrière peut être en dent de scie, ce n'est pas le cas dans le public ! »

    Des questions récurrentes et inhérentes à la réforme des retraites

    « Quand on vit plus longtemps, on peut travailler plus longtemps », assurait dimanche encore Marisol Touraine, la ministre française de la Santé. Une évidence que tempère Bruno Pallier, chercheur au CNRS: encore faudrait il s'en donner les moyens : « Fondamentalement, le problème que nous avons c'est qu'il n'y a pas assez de gens qui travaillent et qui paient des cotisations pour financer notre système de retraite. Ca se traduit par favoriser la possibilité, voire le souhait pour les salariés de travailler plus longtemps. Et je crois qu'il faudrait beaucoup réfléchir sur les conditions de travail d'une part, mais aussi sur la formation tout au long de la vie pour permettre aux salariés d'avoir les capacités de travailler plus longtemps. En général, dans une entreprise en France, au delà de 45 ans, si vous demandez une formation on vous répond que vous êtes trop âgé, ce qui est absurde par rapport à l'idée qu'il faudrait travailler encore vingt ans quand on a 45 ans ! Et d'autre part, on ne fait pas beaucoup d'effort en France pour améliorer les conditions de travail et adapter les tâches et les postes pour les salariés de plus de 55 ans. Il faut se donner positivement le moyen de travailler plus longtemps. »

    Il faudrait aussi que le gouvernement se donne le temps de réformer, de réfléchir aux mutations nécessaires du système, et de penser, non pas aux retraités d'aujourhdui - en tentant de répondre à une situation économique donnée - mais bien à ceux qui partiront à la retraite dans vingt ou trente ans.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.