GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 13 Juin
Vendredi 14 Juin
Samedi 15 Juin
Dimanche 16 Juin
Aujourd'hui
Mardi 18 Juin
Mercredi 19 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Pendant deux ans, 10 000 euros transitaient chaque mois sur les comptes de Claude Guéant

    media Claude Guéant, le 22 mars 2012 à Toulouse. Reuters

    Manuel Valls a transmis au procureur de la République le rapport rédigé par l'Inspection générale de l'administration, avec le concours de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), sur des primes versées de 2002 à 2004 à Claude Guéant au ministère de l'Intérieur. L'ex-directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy devra s'expliquer en détail sur de nombreux points toujours dans l'ombre. Plusieurs syndicats ont estimé ce mardi 11 juin que Claude Guéant doit rembourser ces sommes.

    Sur ordre de Lionel Jospin, les primes ont été supprimées dans tous les cabinets ministériels de la République à compter du 1er janvier 2002. Avant cette réforme, place Beauvau, les personnels touchaient des indemnités provenant pour une partie du bureau du Premier ministre et pour une autre de celui du directeur de la police nationale.

    Seulement voilà, de mai 2002 à l'été 2004, cette pratique a manifestement été rétablie de façon tout à fait exceptionnelle, sans que l'on sache exactement très bien pourquoi. Autre élément troublant, pendant ces deux années, l'enveloppe des primes ayant rapidement été jugée insuffisante, elle a été copieusement abondée par des fonds prélevés cette fois sur les frais d'enquête et de surveillance.

    Des sommes destinées à l'origine à payer en sous-main des informateurs, à mettre en œuvre des moyens d'investigation discrets ou bien à couvrir des dépenses qui ne peuvent apparaître en toute transparence comptable. En tout, ce sont donc quelque 10 000 euros qui ont transité chaque mois vers le directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy, un certain Claude Guéant.

    De nombreuses zones d’ombre

    Chaque mois, de 2002 à l'été 2004, Claude Guéant a donc touché quelque 10 000 euros en sa qualité de directeur de cabinet du ministre de l'Intérieur de l'époque, Nicolas Sarkozy. Mais qui a décidé de rétablir pendant cette période place Beauvau les primes supprimées dans tous les autres ministères par Lionel Jospin ? Et pourquoi ces versements se sont-ils arrêtés au bout de deux ans ? Dans la mesure où cette dotation, rétablie de façon tout à fait exceptionnelle et obscure, n'était apparemment pas suffisante, elle a par ailleurs été largement abondée par des fonds puisés dans les frais d'enquête et de surveillance réservés aux policiers. Claude Guéant en a bénéficié, mais à quel titre et pour quels services rendus ? A-t-il partagé ce pécule ? Si oui, sur quels critères et avec qui exactement ?

    Habituellement, cet argent discret sert à rétribuer les informateurs, à acheter du matériel d'investigation, parfois à payer les heures supplémentaires de policiers en surrégime. Comment se fait-il qu'il ait servi, et serve encore aujourd'hui, à gratifier certains collaborateurs de façon discrétionnaire ? Peut-on parler dans le cas de Claude Guéant d'enrichissement personnel, de concussion, de détournement de fonds publics ? Autant de questions qui ne vont pas manquer d'intéresser très vite la justice.

    Colère et indignation des policiers

    Le versement à Claude Guéant de ces primes choque, ce mardi 11 juin, une grande majorité de policiers. Plusieurs syndicats estiment même que Claude Guéant doit rembourser ces sommes. Dans un communiqué, le syndicat national FO-centrale, première organisation au ministère de l'Intérieur, « demande à Claude Guéant de rendre ces importantes sommes d'argent pour qu'elles soient redistribuées équitablement à tous les agents du ministère » qui « subissent depuis 2010 une baisse de leur pouvoir d'achat ».

    Nicolas Comte, porte-parole d'Unité SGP Police, interrogé ce mardi sur RFI, est choqué.
    « Ce qui me choque le plus, c’est que de l’argent liquide destiné à des missions de police puisse servir à rémunérer des hauts fonctionnaires » a-t-il déclaré.
    La classe politique se saisit aussi de cette affaire. L'Assemblée nationale débattra jeudi 13 juin, à la demande des députés radicaux de gauche, des primes en liquide reçues par des membres de cabinets ministériels, telles celles dont a bénéficié Claude Guéant, entre 2002 et 2004.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.