GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: les chercheurs toujours mobilisés contre la loi Fioraso

    media Geneviève Fioraso, ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche. Jacques Demarthon/AFP

    Le Sénat examine, ce mercredi 19 juin 2013, la loi sur la recherche et l’université portée par la ministre Geneviève Fioraso. Au-delà des fameux cours en anglais, le texte touche essentiellement au financement et à l'organisation de la gouvernance des universités françaises. Mais une centaine de manifestants a défilé hier, mardi 18 juin en plein Paris, de la faculté de Jussieu jusqu’au Sénat. L’avenir de la recherche professionnelle et la qualité de l’enseignement supérieur étaient au cœur de leurs revendications.

    Noémie est chercheuse au Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Pour elle aussi le nouveau texte ne vaut pas mieux que le précédent : « La réforme Fioraso qui est dans la droite lignée de Sarko – on a changé de gouvernement mais on continue la même logique – transforme le CNRS, au lieu de créer des postes pérennes pour les chercheurs, finance des projets sur quatre, cinq ans... »

    Résultat, les chercheurs ne peuvent plus travailler sereinement. « Cette tranquillité d’esprit est actuellement vraiment précieuse pour les chercheurs puisque ça leur permet de travailler en toute indépendance, sans pression ni des entreprises privées, ni des politiques, insiste la chercheuse. C’est indispensable pour une recherche indépendante. Et c’est ce qu’on essaye justement aujourd’hui en France de supprimer ».

    Des chercheurs rejoints par des professeurs dans leurs inquiétudes vis-à-vis de cette loi. « Elle institue – et c’est quelque chose qui est gravissime pour l’avenir de l’enseignement supérieur français – une continuité entre le lycée et le premier cycle universitaire, ce qu’on appelle le bloc « -3 +3 » (moins 3 avant le Bac, plus 3 après le Bac), explique un professeur. Dans les faits, ça veut dire quoi ? Ça veut dire que l’université française va commencer au niveau du master ».

    Dernière chance pour les manifestants, l'Assemblée nationale où le texte devrait être l'objet d'amendements.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.