GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: une grande conférence sociale sous tension

    media François Hollande, le 14 juin 2013. Reuters / Platiau

    La grande conférence sociale pour l’emploi s’ouvre ce jeudi matin dans un climat social tendu. Au menu de cette conférence inaugurée ce matin par François Hollande : la réforme des retraites, l’emploi et la formation professionnelle. Un exercice qui s’annonce périlleux pour le gouvernement.

    La grande conférence sociale pour l’emploi commence ce jeudi matin. Dans un climat social tendu, le gouvernement va s’entretenir avec les partenaires sociaux jusqu’à vendredi soir. La priorité affichée : l’emploi. La conférence devrait permettre de faire le point sur ce qui a été fait : les contrats aidés, les contrats de générations, l'accord sur la sécurisation de l'emploi... très diversement apprécié. L'accent sera mis sur la formation professionnelle, celles des chômeurs et celles des seniors pour que chaque emploi non pourvu trouve preneur, sur les emplois de demain, sur les filières à développer. La question des salaires devrait aussi être abordée après l'annonce du gel de celui des fonctionnaires en 2014.

    Pas de décision attendue

    L’autre gros dossier, c’est la réforme des retraites. C'est d'ailleurs le dossier prioritaire pour le Medef, qui a qualifié d'invraisemblables les pistes envisagées dans le rapport Moreau tant sur l'allongement de la durée de cotisation, que sur la hausse des cotisations pour les entreprises, les salariés et les retraités. La CGT et Force ouvrière préparent déjà les défilés de la rentrée. Aucune décision n'est attendue à l’issue de la conférence, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a rappelé que son objectif était de lancer la concertation et le dialogue, à l'image de la conférence de l'an dernier.

    Dialogue social privilégié

    Pour les députés de la majorité, cette méthode est la bonne, à l’instar du député socialiste Jérôme Guedj : « Il y a tout juste un an, on sortait du sarkozysme qui avait consisté à mépriser les corps intermédiaires et à considérer que les syndicats et même que les organisations patronales étaient des empêcheurs de tourner en rond. Moi je préfère le dialogue social ». Du côté de l’opposition, on ne voit pas les choses de la même façon. Hervé Mariton défend le dialogue social de l’ère Sarkozy tout en admettant une différence d’approche : « Etre plus attentif à l’égard des partenaires sociaux, cela me paraît une bonne chose. La réalité, c’est que sous le mandat précédent on a aussi été très attentifs aux partenaires sociaux. La réalité est qu’ils ont plus été dénoncés dans le discours que dans l’action ».

    Le collectif Roosevelt 2012, en grève de la faim pendant la conférence

    Le collectif Roosevelt 2012, formé autour de personnalités comme Edgard Morin, Stéphane Hessel et l’économiste Pierre Larrouturou, fait la grève de la faim depuis dimanche et ce jusqu’à la fin de la conférence. Sur les 1600 personnes qui refusent de s’alimenter dans toute la France, trois le font devant l’Assemblée Nationale.
    A l’Assemblée nationale, Pierre Larrouturou compte bien se faire entendre de l’exécutif. Pour lui, le véritable ennemi de la retraite c’est le chômage : « Aujourd’hui d’après l’Insee, il n’y a que 19% des gens qui ont un emploi à l’âge de 62 ans. Donc demander aux gens de travailler plus longtemps s’ils n’ont pas de boulot, c’est juste impossible. Pour sauver les retraites, il faut d’abord sortir du chômage ».
    Depuis quelques jours le collectif est en pourparlers avec une quinzaine de députés socialistes prêts à l’écouter, mais pour le moment Bruno le Roux, le chef de leur groupe à l’Assemblée Nationale empêche toute rencontre.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.