GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Septembre
Lundi 23 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Fin du troisième plan Alzheimer: positif, mais peut mieux faire

    media En France, 800 000 personnes sont atteintes par la maladie d'Alzheimer. Getty Images/Andrew Bret Wallis/Andrew Bret Wallis

    Le troisième plan Alzheimer se termine en France. Un rapport d'évaluation des 47 mesures censées avoir été mises en place entre 2008 et 2012 a été remis aux ministres français de la Santé, de la Recherche et des Personnes âgées. Le bilan est plutôt positif mais des efforts restent à faire pour mieux prendre en charge les malades, alors qu’il n’existe aucun traitement efficace contre la maladie d’Alzheimer, qui touche en France 800 000 personnes.

    Le plan Alzheimer 2008-2012 avait été jugé ambitieux par les professionnels et les associations de familles de malades. 1,6 milliards d’euros avaient été alloués au financement de 47 mesures portant sur trois grands axes : approfondir les connaissances sur la maladie, améliorer la qualité de vie des quelque 800 000 personnes atteintes d’Alzheimer en France, et celle des personnes qui les entourent, les aidants, qui sont bien souvent la famille du malade.

    Le rapport des professeurs Joël Ankri et Christine van Broeckhoven a été remis au gouvernement mercredi 26 juin. Il souligne que les trois quart des objectifs ont été atteints. « De gros efforts ont été faits en terme de diagnostique notamment. On peut dire maintenant qu’en France, où qu’on soit, on est en mesure de déceler la maladie »,  explique Joël Ankri.

    Seulement un tiers des nouvelles places d’accueil ouvertes

    Plus mitigé en revanche, le bilan du volet médico-social pour lequel seule la moitié des 1,2 milliards d’euros prévus ont été dépensés.

    « Le problème n’est pas tant le manque de places d’accueil des malades ou le manque de personnel spécialisé, mais plutôt l’efficacité du processus. Les gens ne savent pas toujours à qui s’adresser », explique le professeur Anki. Ce point de vue est partagé par Marie-Odile Desana, la présidente de France Alzheimer, qui témoigne sur le blog Pourquoi Docteur du Nouvel Observateur.

    « Le plan Alzheimer reste très abstrait pour les familles, elles sont nombreuses à nous rapporter qu’elles n’en voient pas les effets concrets dans leur vie quotidienne ». Par contre, elle se montre plus sévère en ce qui concerne le nombre de places d’accueil des malades. Sur la période 2008-2012, onze mille places d’accueil de jour étaient initialement prévues dans le plan Alzheimer. D’après l’association, seulement un tiers a été ouvert.

    Ouvrir le plan aux autres maladies neurodégénératives

    Enfin en ce qui concerne la recherche, le rapport souligne également un bon bilan. Des avancées importantes ont été faites, notamment sur les facteurs génétiques. Par contre, « des efforts plus grands doivent être faits dans la recherche clinique et dans les sciences sociales », estime le professeur Joël Anki.

    Outre ces points à améliorer, le rapport donne également des orientations au gouvernement pour un prochain plan contre la maladie d’Alzheimer. En particulier, un élargissement à d’autres maladies du cerveau. « Depuis l’an 2000 et les différents plans, les efforts de la société ont permis de développer des structures d’accueil des malades et d’aide à leur famille notamment, souligne le professeur Anki. Il serait intéressant d’ouvrir ces structures aux personnes concernées par d’autres maladies chroniques, potentiellement invalidantes et du domaine de la cognition. » En tout, il estime que plus d’un million de Français seraient concernés.

    56 nouvelles mesures

    Pour Marie-Odile Desana, « le contexte économique ne porte pas à croire que nous allons avoir les mêmes financements. C’est intéressant que ces maladies, comme Parkinson, bénéficient des innovations initiées dans les précédents plans Alzheimer, mais le financement doit être à la hauteur de cet élargissement. »

    En tout, le rapport d’évaluation du plan Alzheimer préconise 56 nouvelles mesures. Les grandes lignes de la nouvelle politique du gouvernement pour la maladie d’Alzheimer et ces autres maladies du cerveau seront annoncées lors de la journée mondiale de lutte contre la maladie, le 21 septembre prochain.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.