GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Septembre
Lundi 23 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Afrique

    François Hollande annonce un nouveau dispositif centralisé pour la gestion des otages d'Arlit

    media Bernard Bajolet, actuel directeur de la DGSE, autour duquel s'articulera le nouveau dispositif centralisé de gestion des otages d'Arlit. Photo : Ouest-France

    Au Mali, alors que la campagne électorale s'engage, que l'armée se redéploie dans le Nord, un dossier reste en souffrance, celui des otages du Niger. C'était l'un des trois objectifs de l'opération Serval : les faire libérer. Or, force est de constater que pour le moment, c'est un échec. La semaine passée, François Hollande a reçu les familles des otages d'Arlit à l'Elysée et, désormais, il est l'unique décideur dans ce dossier sensible.

    L'entretien a duré une heure. Et François Hollande a réuni toutes les parties. Les familles bien sûr, mais également les ministres Fabius et Le Drian, ainsi que les présidents d'Areva et de Vinci, les deux sociétés pour lesquelles travaillaient les otages au Niger.

    « François Hollande a indiqué qu'il était le seul maître à bord », rapporte un participant. « Nous lui avons dit que dans ce cas, il a une obligation de résultat ». Sans donner de détail, le président français a également expliqué que l'Etat a mis en place une filière unique de négociations avec les ravisseurs dans ce dossier.

    Une cellule réduite autour de Bernard Bajolet

    Cette cellule réduite est articulée autour de Bernard Bajolet. Arabophone, ancien ambassadeur en Irak et plus récemment en Afghanistan, l'actuel directeur de la DGSE - les services extérieurs français -, a activement participé à différentes libérations d'otages français dans ces régions.

    « Nous ne voulons plus poser de questions sur comment. Mais uniquement savoir quand nos otages seront libérés », explique l'un des proches.

    « L'Elysée nous dit qu'il fait reprendre le dossier sur de bonnes bases, ajoute un autre. Cela veut-il dire que rien de bon n'a été fait jusqu'ici ? Nous n'avons aucune preuve de vie, aucune information concrète depuis 2012. Le temps presse ».

    Dernier espoir déçu pour les familles : al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) avait annoncé fin juin une nouvelle vidéo des otages. Mais malheureusement, elle n'a toujours pas été diffusée.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.