GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 11 Juillet
Vendredi 12 Juillet
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    La maquette d’Ariane 6 dévoilée au CNES

    media Le Conseil des ministres européens chargés de l’espace veut donner un successeur à Ariane 5 (Photo: maquette d’Ariane 5 au Bourget). Ignis / Wikimedia commons

    La maquette de la prochaine fusée européenne, Ariane 6, a été dévoilée mardi 9 juillet. La ministre de la Recherche, Geneviève Fioraso était pour l'occasion au Centre national d’études spatiales (CNES) à Paris. Sept mois après la décision du Conseil des ministres européens chargés de l’espace de donner un successeur à Ariane 5 (qui vole depuis 1996), les caractéristiques techniques d'Ariane 6 ont été arrêtées. L'enjeu, c'est d'être compétitif et de rester numéro 1 sur le lancement de satellites de télécommunication. Car la fusée actuelle, Ariane 5, domine le marché mais reste chère : 100 millions d'euros le tir.

    Ariane 6 devra être bon marché. Le but est d'arriver à baisser le coût des tirs de 30% par rapport à la fusée actuelle pour rester compétitif dans un marché en pleine évolution. « Avec Space X, qui est une entreprise américaine qui a mis au point des lanceurs bon marché, et puis aussi avec Boeing qui est revenu dans la course, il nous faut rattraper le retard, explique Geneviève Fioraso, ministre de la Recherche, davantage anticiper. Ca veut dire qu’il faut accélérer notre passage vers Ariane 6 d’autant que nous avons des concurrents dans les pays émergents qui peuvent venir assez rapidement ».

    Pour réaliser des économies, pas de révolution technique. Ariane 6 sera équipée de moteurs issus de technologie existante qui pourront être produits en série. La fusée pourra aussi embarquer de plus gros satellites, jusqu'à 6,5 tonnes.

    « Cela permettra, poursuit la ministre, de répondre au marché, de doubler le nombre de lancement par an, d’où un équilibre économique qui sera plus favorable, le maintien de l’emploi voire développement de l’emploi industriel, puisque l’objectif est de multiplier par deux le nombre de lancements ».

    Reste à convaincre les autres pays européens de mettre la main à la poche, à l'heure où ils cherchent à se serrer la ceinture. Le coût prévu pour le développement d'Ariane 6 est estimé entre 2,5 et 3,5 milliards d'euros.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.