GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 14 Janvier
Mercredi 15 Janvier
Jeudi 16 Janvier
Vendredi 17 Janvier
Aujourd'hui
Dimanche 19 Janvier
Lundi 20 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Visa pour l’image: témoigner face à la violence

    media « Shane et Maggie, portrait d’une violence domestique » de Sara Lewkowicz : Shane continue de crier après Maggie alors que Menphis se faufile entre eux. La petite fille s'est arrêtée de p leurer et essaye de réconforter sa mère en larmes. Sara Lewkowicz / Reportage by Getty Images

    Le plus grand festival international de photojournalisme se tient jusqu’au 15 septembre à Perpignan dans le Sud de la France. Un rendez-vous incontournable pour tous les professionnels, mais aussi les amoureux de la photographie et qui fête cette année sa 25e édition. Rencontres avec des photographes qui ont affronté les guerres et la violence domestique.

    Un homme attend, la tête baissée devant un immeuble ravagé par les bombes. De la fumée s’échappe du trou béant causé par l’attaque, dans un flot de lumière et au milieu de ce chaos, il apparait, abattu, et perdu, les mains dans les poches. Cette photo prise à Damas en Syrie est celle de Goran Tomasevic, un photographe de guerre venu présenter son travail à Perpignan. Pour témoigner, ne pas oublier, Visa pour l’image consacre trois de ses expositions à la Syrie, en pleine actualité brulante. Au moins 24 journalistes sont morts en Syrie depuis le début du conflit en 2011.

    « On les vise ou on les kidnappe »

    « C’est vrai, sur le terrain c’est extrêmement difficile. Avant, là où les journalistes étaient souvent les bienvenues pour témoigner, aujourd’hui, on sait que ce sont des cibles qui valent souvent de l’argent, souligne Jean-François Leroy, le directeur de Visa pour l’image. Donc on les vise ou on les kidnappe. Cela devient de plus en plus difficile de travailler sur le terrain. Après, l’économie du métier est difficile, parce que, en 25 ans, on a vu le prix des photos dans les magazines s’effondrer complètement. L’apparition du web qui est magnifique et ô combien irremplaçable pour la diffusion des histoires, cela ne rapporte pas beaucoup d’argent encore. Mais quand vous parlez de tous ces jeunes aspirants, ce qui me fascine assez, c’est la détermination qu’ils ont de continuer dans ce métier vraiment pas facile. Est-ce que le photojournalisme est en train de mourir ? Non, Visa pour l’image est la preuve vivante pour le dynamisme de cette profession. »

    Cri de douleur d'Abu Hamza, de la brigade Tahrir al Sham de l'Armée syrienne libre, quelques instants après avoir été touché à l'épaule lors d'affrontements violents à Mleha, près de Damas. Goran Tomasevic / Reuters

    « On n’est pas là pour choquer »

    Un métier qui fait rêver, mais qui provoque la controverse. Comme ces photos d’enfants blessés par des tirs d’obus dans le reportage de Sebastiano Tomada qu’il a réalisé dans un hôpital syrien. Comment réagir face à la douleur, et est-ce que ces photos servent à quelque chose ? Pour Patrick Chauvel, photographe de guerre depuis 40 ans, il n’y a aucun doute : « Je pense que, même si on touche qu’une seule personne avec un reportage [on sert à quelque chose, ndlr]. Quelqu’un va ouvrir un journal comme Life, Paris Match ou Newsweek, et être interpellé par une photo. On n’est pas là pour choquer, mais pour interpeller le plus fort possible, à la limite du choc. Qui sait ce que cette personne fera après ? Après cela peut devenir exponentiel quand il va parler de cette photo et de l’article dans une soirée. »

    « Individuellement, on peut changer les choses, poursuit Patrick Chauvel. Même sur le terrain, on peut apporter quelque chose aux combattants en étant là. Ils se sentent moins seuls. Et en même temps, ils voient aussi qu’ils ont un témoin. Donc ils font attention. Moi, j’ai la naïveté de croire que, à force, cela peut marcher. Le public s’intéresse à ce qu’on lui montre. Après il en discute. Après, une guerre chasse l’autre. Malheureusement, c’est comme ça. Je pense cela n’est pas prêt de s’arrêter. C’est un des plus vieux phénomènes du monde. La photo empêche juste les gens de dire : on ne savait pas. Ça, pour moi, c'est irrecevable. En Allemagne, cela a été dit à la fin de la Seconde Guerre mondiale : on ne savait pas. C’est plus ou moins recevable. Aujourd’hui, ce n’est pas recevable de tout. Après les gens font ce qu’ils veulent. Pour moi, ils auront été prévenus. »

    Un enfant blessé en attente de soins dans un des derniers hôpitaux encore debout d'Alep. Les centres médicaux qui soignent les blessés dans les quartiers tenus par les rebelles semblent être la cible privilégiée des militaires. Sebastiano Tomada / Sipa Press

    « Shane et Maggie, portrait d’une violence domestique »

    Éveiller les consciences, éduquer, provoquer le débat, voilà l’objectif de Visa pour l’image qui propose aussi de se pencher sur des faits de société proche de nous. La jeune journaliste américaine Sara Lewkowicz a photographié pendant un an un couple qui se déchire. Shane et Maggie, portrait d’une violence domestique est une histoire banale de violence domestique, qui prend aux tripes comme cette photo où l’homme est penché sur sa compagne contre la gazinière et menace de la frapper. « Dans cette photo, explique Sara Lewkowicz, Shane est en train de bloquer Maggie dans un coin de la cuisine et la fille de Maggie, Memphis, a couru et enlevé sa couche, donc elle est nue. Elle tape des pieds, elle crie pour qu’ils détournent leur attention vers elle. C’est intéressant, parce que beaucoup de personnes m’ont critiqué de ne pas être intervenue lors de cette scène. D’autres m’ont critiqué de ne pas avoir éloigné la petite fille, mais il y avait un autre adulte à ce moment-là dans la maison. Et cette personne était en train d’appeler les secours quand j’ai pris la photo. »

    Reste la question de ce qu’elle a voulu montrer avec cette photo ? « Je pense que malgré tous les progrès qui ont été faits pour reconnaître la violence domestique, c’est toujours un crime qui reste dans la sphère du privé. Et on ne veut pas en parler ou en entendre parler. Ce qui explique pourquoi tant de personnes sont gênées par mes photos. Il y a des millions d’hommes, de femmes et d’enfants qui souffrent à la merci de leur compagnon ou de parents. Il faut vraiment que les personnes se réveillent. »

    Après l'arrestation de Shane ce soir-là, Maggie installe Kayden et Memphis dans la voiture pour les emmener chez sa meilleure amie. Kayden, qui dormait pendant la dispute, ne comprend pas ce qui se passe et se met à pleurer à son réveil. Sara Lewkowicz / Reportage by Getty Images

    Sara Lewkowicz a reçu le prix de la ville de Perpignan Rémi Ochlik, du nom de ce photographe français de 28 ans, mort l’année dernière à Holms en Syrie.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.