Journées du patrimoine: à Vincennes bat le cœur de l’Histoire de France - France - RFI

 

  1. 07:40 TU Grand reportage
  2. 08:00 TU Journal
  3. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  4. 08:30 TU Journal
  5. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  6. 09:00 TU Journal
  7. 09:10 TU Priorité santé
  8. 09:30 TU Journal
  9. 09:33 TU Priorité santé
  10. 10:00 TU Journal
  11. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  12. 10:30 TU Journal
  13. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  14. 11:00 TU Journal
  15. 11:15 TU Sessions d'information
  16. 11:30 TU Journal
  17. 11:33 TU Sessions d'information
  18. 12:00 TU Journal
  19. 12:10 TU Sessions d'information
  20. 12:30 TU Journal
  21. 12:33 TU Sessions d'information
  22. 12:40 TU Grand reportage
  23. 13:00 TU Journal
  24. 13:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  25. 13:30 TU Journal
  1. 07:30 TU Sessions d'information
  2. 08:00 TU Journal
  3. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  4. 08:30 TU Journal
  5. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  6. 09:00 TU Journal
  7. 09:10 TU Priorité santé
  8. 09:30 TU Journal
  9. 09:33 TU Priorité santé
  10. 10:00 TU Journal
  11. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  12. 10:30 TU Journal
  13. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  14. 11:00 TU Journal
  15. 11:15 TU Sessions d'information
  16. 11:30 TU Journal
  17. 11:33 TU Sessions d'information
  18. 12:00 TU Journal
  19. 12:10 TU Grand reportage
  20. 12:30 TU Sessions d'information
  21. 13:00 TU Journal
  22. 13:10 TU Sessions d'information
  23. 13:30 TU Journal
  24. 13:33 TU Danse des mots
  25. 14:00 TU Journal
fermer

France

Architecture et urbanisme France Histoire Patrimoine Religion

Journées du patrimoine: à Vincennes bat le cœur de l’Histoire de France

media

Alors qu’il est l’un des sites français les plus chargés d’Histoire, le château de Vincennes, en bordure de Paris, est loin de brasser les mêmes foules que Notre-Dame, le Louvre ou Versailles. Les 30e Journées du patrimoine (les 14 et 15 septembre) offrent l’occasion de découvrir, ou de redécouvrir, un lieu et un monument d’une incroyable richesse.

Si Notre-Dame envoûte par sa beauté mystique, si Versailles fascine par sa splendeur démesurée et si le Louvre éblouit par la richesse de son héritage, aucun de ces trois monuments - les trois plus visités de France avec la tour Eiffel - n’égale le château de Vincennes en profondeur historique. Mais alors que Notre Dame, Versailles et le Louvre voient défiler chaque année des millions de touristes accourus du monde entier, le château de Vincennes n’a guère accueilli qu’un peu plus de 135 000 visiteurs payants en 2012, dix fois moins que la Tour Montparnasse !

Bien que situé extra-muros, l’édifice est pourtant facile d’accès. Desservi par les lignes 1 du métro et A du RER, ainsi que par 10 lignes d’autobus, il n’est qu’à 20 mn du centre de Paris. Quant aux visiteurs motorisés, ils peuvent trouver de la place tout autour de l’enceinte du château. «À ces 135 000 visiteurs payants, il faut ajouter environ 1 million de promeneurs qui profitent de l'entrée libre et gratuite» précise Aymeric Péniguet de Stoutz, l’administrateur du château. En poste depuis le 1er janvier, il évoque également,  pour tempérer les chiffres de fréquentation, la «contrainte de jauge» à laquelle les lieux sont soumis.

La gloire puis l'oubli

Même si le domaine s’étend sur 6 hectares, ses parties les plus spectaculaires - le donjon et la Sainte-Chapelle - ne peuvent accueillir qu’un nombre limité de personnes à la fois : 200 pour le donjon et 300 pour la chapelle…On est évidemment très loin de la capacité de Versailles. Abandonné comme demeure royale à la fin du XVIIIe siècle, le château a dès lors embrassé, par la force des choses et le cours de l’Histoire, une vocation militaire, loin des ors de la République. D’où ce long oubli qui s’est étiré jusqu’à la fin des années 1980.

Si son nouvel essor date d’un rapport rendu en 1986 par Jean-Philippe Lecat, le ministre de la Culture de l'époque, rapport qui soulignait les «caractéristiques architecturales exceptionnelles» de l’endroit, Vincennes aurait pu retrouver sa gloire d’antan dès le milieu des années 1960. Trouvant l’Elysée trop exigu et manquant de prestige, Charles de Gaulle envisagea, en 1964, d’installer la présidence de la République à Vincennes avant d’en être dissuadé par son Premier ministre, Georges Pompidou. Le bruit court que le château pourrait encore servir temporairement de siège à l’exécutif en cas d’événement exceptionnel (crue de la Seine, crise majeure...) et que des aménagements auraient été effectués dans le plus grand secret sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Le «Château» déménageant au château ? Le dossier demeure «confidentiel défense».

Un héritage exceptionnel

Reste que l’héritage laissé par la royauté est considérable. «Le donjon est une illustration exceptionnelle de l’architecture du XIVe siècle» s’émerveille Aymeric Péniguet de Stoutz. «Il est le seul exemple aussi bien conservé d’une demeure royale médiévale». «On sait, poursuit-il, où logeait Charles V, où il prenait ses décisions, où il signait ses actes. C’est un exemple unique qui mérite d’être encore connu davantage». Grâce à une tablette iPad spécialement configurée pour la réalité augmentée, le visiteur peut même découvrir les installations et le mobilier du donjon sous Charles V. L'effet (v. photo dans le diaporama ci-dessus) est saisissant. Admirablement restauré entre 1995 et 2007 pour un coût de 17 millions d’euros, le donjon offre une expérience unique au visiteur.

À l’intérieur de cette tour immense, tout en haut de laquelle, après avoir gravi 247 marches, on domine la région parisienne à 360 degrés, on découvre un monument incroyablement bien préservé, plus de six siècles après sa construction. Il a d’ailleurs fallu sa restauration tardive pour que les historiens réalisent que l'édifice était en pierre armée, consolidée avec des barres de fer gainées de plomb, pour prévenir la rouille. Plus bas, on découvre des manuscrits du marquis de Sade, l’un des nombreux prisonniers illustres qui ait séjourné dans ses cellules.

Egalement restaurée récemment, après avoir été sérieusement endommagée par la tempête de décembre 1999, la Chapelle royale, l’une des quatre seules érigées en France, est une splendeur de l’art gothique. «Vincennes, résume Aymeric Péniguet de Stoutz, est une illustration de l’évolution de l’Etat et du pouvoir en France». S’il invite chacun à profiter des Journées du patrimoine pour découvrir le donjon et la chapelle, l’administrateur du château conseille au visiteur d’en profiter pour explorer les archives du ministère de la Défense et les pavillons royaux, habituellement fermés au public. Eux aussi font partie de la richesse d’un domaine en plein renouveau.

1178 Le roi Louis VII (1137-1180) passe un acte officialisant l’existence d’une demeure royale à Vincennes. Son fils Philippe Auguste (1180-1123) en fait sa résidence secondaire, après le Palais de la Cité à Paris. Il ne restait rien de visible de l’ancien manoir des Capétiens jusqu’à ce que les fouilles démarrées en juin1991 mettent au jour des murs de cette première résidence royale.

1239 Saint-Louis (1226-1270) reçoit à Vincennes la première partie des reliques de la Passion, achetées à l’empereur de Constantinople. Il va ensuite donner au site une image de pouvoir en y rendant la justice sous un chêne. Après avoir réaménagé le manoir, il ajoute une dimension sacrée à Vincennes par la construction d’une chapelle dédiée à Saint-Martin.

1361 Devenu régent après la capture de son père Jean II le Bon (1350-1364) par les Anglais, Charles V (1364-1380) fait débuter la construction du donjon qui sera terminée en 1371. Couronné après la mort de Jean II, le troisième roi de la dynastie des Valois y impose son style, toujours visible aujourd’hui grâce aux travaux de restauration.

1379 Fondation par Charles V de la Sainte-Chapelle, destinée comme la Sainte-Chapelle de la Cité de Paris à abriter une part des reliques de la Passion ramenées des croisades, ce qui assoit Vincennes comme deuxième capitale. Plusieurs fois interrompus, les travaux ne sont achevés qu'en 1552, sous le règne d’Henri II (1547-1559).

1610 Après l’assassinat d’Henri IV, Marie de Médicis se réfugie à Vincennes où son fils, Louis XIII (1610-1643), alors âgé de neuf ans, va passer une grande partie de sa jeunesse. Il est le premier de la dynastie des Bourbons à résider à Vincennes. Fervent amateur des lieux, son ministre d’Etat Mazarin va œuvrer activement pour le rayonnement de Vincennes.

1654 À l'initiative de Mazarin, l’architecte de Louis Le Vau commence des travaux réaménagement du château, en particulier les pavillons du roi et de la reine. Louis XIV (1643-1715) y séjourne en alternance avec le palais du Louvre avant d’installer la cour à Versailles en 1682, date qui marque le début de l’abandon de Vincennes comme domaine royal.

1790 L’Assemblée nationale vote un décret mettant le donjon à la disposition de la commune de Paris pour désengorger les prisons. Le général Lafayette intervient in extremis pour sauver le château de la foule des Parisiens accourus pour détruire ce qu'ils considèrent comme « une nouvelle Bastille ».

1796 Le château est converti en arsenal par le Directoire et abrite depuis cette époque la section historique des Armées. Décidé à en faire une place forte militaire, Napoléon 1er fera ensuite raser sept des neufs tours qui entouraient l’enceinte. Seules demeurent la Tour du village au Nord qui est désormais l’entrée principale et la Tour du bois au Sud qui donne sur l’esplanade du château.

1804 Exécution du duc d’Enghien, martyr de la royauté, pour avoir fomenté l’assassinat de Napoléon Bonaparte, alors Premier consul. Ses cendres reposent dans une annexe de la Chapelle royale où est érigée une imposante statue à son effigie.

1988 Sous l’impulsion du rapport Lecat, début d’un vaste programme de rénovation marqué, entre autres, par la restauration du donjon de 1995 à 2007. Ces travaux se sont poursuivis avec la restauration de la Chapelle royale. De multiples travaux d'aménagement et de restauration vont se poursuivre d’ici à la fin de la décennie en cours.

(les années entre parenthèses indiquent les débuts et fins de règne des souverains concernés ndlr)
 


Pour + d'information : 
   Le site des 30e Journées européennes du patrimoine
   Le site du château de Vincennes

 

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.