La 12e Biennale de Lyon: un monde en histoires - France - RFI

 

  1. 10:33 TU C'EST PAS DU VENT D 2
  2. 11:00 TU Journal
  3. 11:10 TU Internationales
  4. 11:30 TU Journal
  5. 11:32 TU Internationales
  6. 12:00 TU Journal
  7. 12:10 TU Sessions d'information
  8. 12:30 TU Journal
  9. 12:33 TU Sessions d'information
  10. 12:40 TU Littérature sans frontières
  11. 13:00 TU Journal
  12. 13:10 TU LA DANSE DES MOTS 2
  13. 13:30 TU Journal
  14. 13:33 TU Le coq chante
  15. 14:00 TU Journal
  16. 14:10 TU EN SOL MAJEUR 1D
  17. 14:30 TU Journal
  18. 14:33 TU EN SOL MAJEUR 2D
  19. 15:00 TU Journal
  20. 15:10 TU Mémoire d'un continent
  21. 15:30 TU Journal
  22. 15:33 TU L'épopée des musiques noires
  23. 16:00 TU Journal
  24. 16:10 TU Idées
  25. 16:30 TU Journal
  1. 10:33 TU C'EST PAS DU VENT D 2
  2. 11:00 TU Journal
  3. 11:10 TU Internationales
  4. 11:30 TU Journal
  5. 11:32 TU Internationales
  6. 12:00 TU Journal
  7. 12:10 TU Mémoire d'un continent
  8. 12:30 TU Sessions d'information
  9. 13:00 TU Journal
  10. 13:10 TU Littérature sans frontières
  11. 13:30 TU Journal
  12. 13:33 TU Le coq chante
  13. 14:00 TU Journal
  14. 14:10 TU Musiques du monde
  15. 14:30 TU Journal
  16. 14:33 TU Musiques du monde
  17. 15:00 TU Journal
  18. 15:10 TU Musiques du monde
  19. 15:30 TU Journal
  20. 15:33 TU Musiques du monde
  21. 16:00 TU Journal
  22. 16:10 TU Idées
  23. 16:30 TU Journal
  24. 16:33 TU Idées
  25. 17:00 TU Journal
fermer

France

France Arts Plastiques

La 12e Biennale de Lyon: un monde en histoires

media

C’est l’un des rendez-vous majeurs du monde de l’art contemporain : 77 artistes de 21 pays différents ont été invités à investir à partir de ce 12 septembre cinq lieux d’exposition de Lyon dont le Musée d’art moderne de la ville : en tout plus de 10 000 mètres carrés de surface d'exposition sont à découvrir. Cette année, l’évènement intitulé Entre-temps… Brusquement, et ensuite s’organise autour du thème de la narration.

Raconte-moi une histoire

C’est la règle du jeu de la Biennale de Lyon depuis sa création en 1991 : un commissaire d’exposition est invité à réfléchir autour d’un mot : Après « Histoire », « Global » et « Temporalité », « Transmission » achève son cycle entamé en 2009.

Le commissaire de cette 12e Biennale, Gunnar B. Kvaran, directeur du musée Astrup Fearnley à Oslo, a poussé les artistes à interpréter cette transmission comme un récit. « L’art contemporain est un monde vaste, complexe, cacophonique et polyphone, mais à l’intérieur de cette grosse machine on trouve des artistes qui sont intéressés par la narration et par les structures narratives. Selon moi, l’originalité de l’art contemporain vient de ce dialogue entre le contenu et la formalisation des œuvres », explique dans un français parfait cet Islandais, docteur en histoire de l’art de l’université d’Aix-en-Provence.

Installations vidéo, sculptures, dessins, peintures…

À Lyon, les histoires que nous racontent les artistes prennent des formes très différentes : ainsi Fabrice Hybert a choisi l’autobiographie, une histoire de son œuvre à travers une pièce fermée dont « la clé se trouve à l’extérieur dans une petite fontaine. Chaque visiteur devra y rentrer seul », insiste l’artiste français qui a réalisé en 1991 le plus grand savon au monde (22 tonnes de savon).  Dans la pièce qu’il nomme Le Paradis, on retrouve notamment ses célèbres « Hommes de Bessines », une sculpture-fontaine qui représente un petit homme vert.

L’Américain Tom Sachs lui veut attirer notre attention sur « le glissement des systèmes de contrôle du corps vers l’esprit » avec une œuvre intitulée Barbie Slave Ship (Le bateau des barbies esclaves) exposée dans l’Église Saint Just, une reproduction d’un bateau du 18e siècle dans lequel 300 poupées barbies sont enfermées : une critique acerbe et provocante de la société de consommation et du monde de la publicité. Certains artistes jouent avec l'idée même de narration, notamment le jeune Français Neïl Beloufa qui fragmente des témoignages filmés en multipliant les supports de projection : écrans, morceaux de plexiglas et matériaux bruts.

Plus de 200 manifestations dans toute la région

En plus des cinq lieux officiels de la Biennale (la Sucrière, le Musée d'art contemporain, la Fondation Bullukian, la Chaufferie de l'Antiquaille et l'église Saint-Just), les galeries et les musées de la région Rhône-Alpes proposent un ensemble d’évènements et d’expositions connu sous le nom de Résonnance. À cela s’ajoute l’expérience Veduta : pendant quatre mois des particuliers accueillent chez eux une œuvre réalisée par l’un des artistes de la Biennale. Ces lieux privés ne seront pas ouverts au public. « Ils auront l’obligation de faire visiter au moins une fois leur appartement ou leur maison à des amis ou à des voisins et ensuite ils nous raconteront leur expérience à la fin de la Biennale », détaille Thierry Raspail, le directeur artistique de l’évènement. Une manière pour que le public créer lui aussi ses propres histoires.


_______________________________

Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.