GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Hong Kong: grand incendie à l'entrée du campus où se trouvent les manifestants (AFP)
    • Foot/Euro-2020: les Bleus, vainqueurs en Albanie (2-0), terminent en tête de leur groupe
    • Éliminatoires CAN 2021 : le Gabon s’impose à domicile face à l’Angola lors de la deuxième journée (2-1)
    • Iran: la Maison Blanche condamne l'utilisation de la force contre les manifestants
    France

    Karachi: les juges français continueront d'enquêter sur une possible immixtion de Sarkozy

    media Nicolas Sarkozy est soupçonné d'avoir violé le secret de l'instruction dans le volet financier de l'affaire Karachi. REUTERS/Stéphane Mahé

    La cour d'appel de Paris vient d'autoriser trois juges d'instruction à continuer d'enquêter sur des faits de violation du secret de l'instruction, violation du secret professionnel et recel, qui sont reprochés à l'ancien président de la République Nicolas Sarkozy. L'ancien chef de l'Etat français va devoir leur dire, notamment, si oui ou non il a eu accès à un moment donné à des éléments clés du dossier Karachi.

    Quand tombe le communiqué de l'Elysée, en septembre 2011, Thierry Gaubert et Nicolas Bazire, deux proches de Nicolas Sarkozy, viennent coup sur coup d'être mis en examen dans le volet financier de l'affaire Karachi.

    En affirmant que le « nom du chef de l'Etat n'apparaît dans aucun des éléments du dossier », l'entourage du président espère probablement ouvrir une sorte de paratonnerre pour le protéger. Avec, ou sans son assentiment ? Cela reste à explorer.

    Une violation absolument intolérable

    Me Olivier Morice

    Avocat des familles de victimes de l'attentat de Karachi, survenu en 2002

    03/10/2013 - par Véronique Moreau Écouter

    Toujours est-il que c'est exactement l'inverse qui se produit : les familles des victimes et leur avocat s'étranglent, car ce communiqué officiel sous-entend clairement que Nicolas Sarkozy et/ou ses conseillers ont eu accès à des pièces importantes, pourtant placées sous le secret de l'instruction.

    Cette immixtion du politique dans une affaire censée ne regarder que la justice est proprement intolérable à leurs yeux, et les familles vont mettre un point d'honneur à dénoncer publiquement ce douteux mélange des genres.

    C'est leur obstination, ainsi que celle des trois juges qui s'étaient emparés de cette enquête sous haute tension, qui a fini par payer. Et ce, en dépit des pressions de l'opposition, du parquet de Paris, et même du procureur de la République.

    Le procureur de la République de Paris, ainsi que le procureur général de Paris, ont tout fait pour que ces juges ne puissent pas instruire sur les faits qui sont directement reprochés à Nicolas Sarkozy

    Me Olivier Morice

    Avocat des familles de victimes de l'attentat de Karachi, survenu en 2002

    03/10/2013 - par Véronique Moreau Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.