GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Novembre
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Israël: les sirènes d'alarme activées à Tel-Aviv suite à une frappe tuant un commandant palestinien à Gaza (armée)
    Dernières infos
    France

    «Diana», le film

    media L'Australienne Naomi Watts sous les traits de la princesse de Galles, dans "Diana" d'Olivier Hirschbiegel. Le Pacte

    La princesse des coeurs revit sur grand écran. Réalisé par l'Allemand Olivier Hirschbiegel et mettant en scène l'Australienne Naomi Watts sous les traits de la princesse de Galles, Diana n'est pas une biographie filmée à proprement parler, mais un film concentré sur les deux dernières années de Lady Di et son histoire d'amour secrète avec un chirurgien pakistanais. Un film controversé en Angleterre et qui a consterné la critique Outre Manche.

    La liaison entre Diana et Dodi al-Fayed, mort à ses côtés en 1997, n'aurait été qu'un prétexte pour rendre un homme jaloux... Et cet homme, c'est Hasnat Khan, un chirurgien pakistanais que Lady Di avait rencontré juste au moment de sa séparation avec le Prince Charles.

    Le film d'Olivier Hirschbiegel montre cette passion malheureuse et secrète entre une princesse amoureuse et un chirurgien musulman qui cherche à tout prix à continuer à exercer son métier en toute sérénité.

    Controversé, le film s'appuie sur un best-seller dont les allégations n'ont jamais été confirmées par le médecin, Hasnat Khan. Olivier Hirschbiegel en tire une hagiographie assez mièvre, montrant une princesse par moment manipulatrice, mais au grand cœur et en mal d'amour. Regards en dessous, petits sourire charmeur, Naomi Watts mime Lady Di plus qu'elle ne l'incarne.

    La presse de Grande Bretagne n'a guère été tendre avec le film, le qualifiant tour à tour de mensonger, sentimental, atroce ou horrible. « Diana est morte une seconde fois » a même jugé le quotidien The Guardian.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.