GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 29 Juillet
Samedi 30 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    France: ces très chers soldats

    media

    La Cour des comptes a rendu public son rapport sur la rémunération des militaires, une enquête menée à la demande de la Commission des finances du Sénat. Résultat : 7,7 milliards d'euros hors retraites sont consacrés en France aux paiements des soldats et des employés du ministère de la Défense, c'est-à-dire près d'un quart du budget annuel de la défense (hors retraites). Pour la Cour des comptes, l'armée ne maitrise pas la gestion de sa masse salariale. En cause, le régime des primes, mais aussi la politique d'avancement en vigueur jusque-là.

    À l'heure où les armées vont devoir faire des économies, en France, le rapport de la Cour de comptes vient rappeler une réalité : l'armée française a fait fondre ses effectifs de 44 000 hommes en cinq ans, mais dépense toujours plus pour payer ses salariés. Plus 5,5 %, entre 2008 et 2012 alors que, sur la même période, les effectifs ont diminué de 8,6 %. À tel point, rappellent les rapporteurs, qu'il a fallu en 2012 aller piocher 474 millions d'euros dans les crédits d'équipements pour payer les militaires.

    Lors de la précédente réforme, les réductions d'effectifs ont concerné les petits salaires alors que les postes de colonel et de généraux - rémunérés entre 5000 et 9000 euros par mois - continuaient d'augmenter. En moyenne, chaque soldat est payé environ 2 500 euros par mois.

    La Cour des comptes souligne que la prochaine Loi de programmation militaire (LPM 2014-2019) devra prévoir un processus d'encadrement de la masse salariale. En clair, pousser vers la sortie un millier d'officiers chaque année en les incitant au départ et mieux sélectionner les avancements.

    Chasse aux gros salaires

    Avec un effectif de 191 650 hommes contre 235 230, les militaires britanniques sont moins nombreux, mais la Cour des comptes, s’appuyant sur des chiffres de 2010, rappelle que les dépenses de personnel y sont plus élevées qu’en France. Avec moins de soldats, la Grande-Bretagne dépense près de 58 000 euros en moyenne chaque année pour payer ses militaires contre environ 40 000 euros en France.

    Les rapporteurs soulignent toutefois qu’il convient de replacer ces chiffres dans les contextes économiques des deux pays en tenant compte du coût de la vie. Ils soulignent aussi que les officiers britanniques ne peuvent pas disposer de leur retraite avant 35 ans de service, contre 25 ans pour les militaires français.

    Des primes à tous les étages dans l’armée française

    La Cour des comptes explique enfin la difficulté à maitriser la masse salariale par les ratés du logiciel de solde « Louvoi », mais aussi par la multiplicité des primes dont bénéficient les militaires.174 primes différentes qui représentent 2,7 milliards de dépenses en 2012.

    Le rapport cite quelques exemples : prime à la mer, prime d‘éloignement, prime de parachutisme, indemnité spéciale pour les plongeurs-démineurs, allocation spéciale de développement des ingénieurs de l’armement, etc. La Cour appelle à la suppression de certaines d'entre elles, et plus généralement à un renforcement de la gouvernance de la « chaîne des soldes ».

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.