GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Novembre
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Procès UIMM: Gautier-Sauvagnac confirme les dons en liquide aux syndicats

    media Denis Gautier-Sauvagnac à la sortie du tribunal correctionnel de Paris, le 7 octobre 2013. AFP PHOTO / ERIC FEFERBERG

    L'ancien patron de l'UIMM, Denis Gautier-Sauvagnac, a confirmé lundi 14 octobre au tribunal correctionnel de Paris que les syndicats étaient bien les bénéficiaires des enveloppes d'argent liquide de la puissante fédération patronale de la métallurgie.

    Lors de l'instruction, il n'avait rien dit. Mais à la barre, Denis Gauthier Sauvagnac a, du bout des lèvres, confirmé que les 16 millions d'euros retirés en liquide des caisses de l'UIMM étaient bien destinés aux syndicats, « aux cinq syndicats représentatifs », a-t-il précisé.

     → A (RE)LIRE : Procès des grands patrons de la métallurgie française: Denis Gautier-Sauvagnac à la barre

    Autant dire que Denis Gauthier Sauvagnac, la discrétion incarnée, a dû se faire violence. Mais il y a des limites. Ainsi interrogé sur les noms de ses interlocuteurs, l'ex-patron de l'UIMM s'est à nouveau muré dans le silence : « Je ne souhaite pas trahir leur confiance, ce n'est conforme ni à mes convictions ni à mes valeurs ». Avant de conclure : « Je suis coincé, je ne peux pas aller plus loin. »

    Pas à l'aise avec « la chose »

    Enarque, ancien inspecteur des finances, Denis Gauthier Sauvagnac n'a semble-t-il jamais été très à l'aise avec cette distribution d'enveloppes destinées à « fluidifier » les relations sociales.

    Interrogé sur l'existence d'éventuelles compensations en échange de l'argent versé, l'ex-homme fort du patronat a affirmé qu'il n'y avait jamais eu de complaisance, que c'était en quelque sorte une forme d'abonnement. Et comme pour prouver qu'il n'était pas un chaud partisan de ces méthodes qu'il appelle par pudeur « la chose », Denis Gauthier Sauvagnac raconte alors cette anecdote : un des bénéficiaires lui aurait dit qu’il était plus radin que son prédécesseur.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.