GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Zoom

    L'Antigym, ou comment faire de son corps un allié

    media

    L’Antigymnastique®ou Antigym®est une méthode de prévention corporelle fondée sur l’écoute et la connaissance du corps. Elle a été créée par la kinésithérapeute Thérèse Bertherat dans les années 1970. Héritière de ce savoir, praticienne et formatrice de la méthode, Marie Bertherat œuvre à son développement. Elle cosigne avec sa mère Ma leçon d’Antigym aux éditions Eyrolles, un manuel didactique qui permet de réaliser soi-même de petits mouvements en profondeur sur les muscles qui redonnent santé, mobilité, vitalité et confiance.

    Le premier chapitre du livre pose les fondements de la méthode « Antigymnastique », un terme qui sonne délibérément à contre-courant de la gymnastique classique. Nous sommes dans les anticonformistes années 1970, et l’audacieuse Thérèse Bertherat invente une technique, fruit de deux rencontres décisives, de recherches et de découvertes professionnelles.

    « La vraie maison, c’était mon corps, c’était moi »

    Octobre 1967 : après le drame de la mort de son mari psychiatre assassiné par un patient, Thérèse Bertherat se retrouve seule, sans maison et sans métier, avec ses deux enfants. Elle fait la connaissance de Suze Lalou, qui enseigne une gymnastique innovante et découvre que « la vraie maison, c’était mon corps, c’était moi ».

    Des mouvements issus de la méthode Mézières

    Thérèse et Marie Bertherat (de g à d). Jean-Marc Lefèvre
    Dans le corps tout est lié. 18/10/2013 - par Isabelle Artus Écouter

    Thérèse Bertherat entreprend ensuite des études de kinésithérapie qui la déçoivent, trop rigides, trop sèches pour elle et s’ouvre à d’autres voies thérapeutiques. Sa rencontre avec Françoise Mézières s’avère déterminante. Cette dernière a créé un concept révolutionnaire de chaine musculaire postérieure qui balaye les principes de la rééducation classique. Thérèse Bertherat se formera à la technique Mézières qui s’avèrera primordiale dans la conception des mouvements de l’Antigymnastique. Les deux femmes travailleront ensemble.

    En 1976, elle publie Le corps a ses raisons, vendu à un million d’exemplaires dans le monde. « Enfin quelqu’un a trouvé les mots pour parler aux gens de leur corps ! », « Enfin quelqu’un tient autant compte des raisons psychiques que des déformations et des causes mécaniques du mal », commentera la critique.

    De mère en fille

    « L’Antigym est un travail qui amène à prendre confiance dans ses capacités, un travail d’autonomie et de prévention », explique Marie Bertherat, praticienne et formatrice qui a repris le flambeau de la technique. « Par des mouvements simples et de petites amplitudes, on entre en contact avec chaque partie de son corps. Nos perceptions s’affinent. On comprend les liens entre ses pieds, ses hanches, son dos, sa nuque. En même temps, on apprend à déloger soi-même des tensions musculaires, parfois ignorées. Le corps devient plus mobile. Tout cela donne une grande confiance », conclut-t-elle.

    Le premier guide pratique sur l’« Antigym »

    Un groupe d'antigymnastique. Jean-Marc Lefèvre
    Parcourir « Ma leçon d'Antigym ». 19/10/2013 - par Isabelle Artus Écouter

    Ma leçon d’Antigym, paru récemment aux éditions Eyrolles, est le premier guide pratique sur la méthode. Il a été conçu pour connaître et réaliser soi-même les mouvements à la maison, au bureau, seul, en couple ou en famille. Les chapitres thématiques proposent une « séance découverte », des tests pratiques pour s’auto-évaluer, « six mouvements pour un corps libre et joyeux », « mon Antigym à moi pour tous les jours de la semaine ». La durée des mouvements varie de cinq à trente minutes. Le lecteur est guidé, photos à l’appui, tout au long de l’exercice par des explications simples.

    La formation des praticiens d’Antigym

    Environ 300 praticiens exercent dans le monde entier. Les séances en groupes de cinq à sept personnes durent une heure et demie. « Le praticien décrit les mouvements, il ne le montre jamais, ses consignes sont précises, ses mots simples. L’objectif est de permettre à chacun d’aller à la rencontre de son propre corps », explique Marie Bertherat. « Mais on n’est pas dans un cours d’anatomie. Ce qui est intéressant par exemple sera de découvrir que l’on a une mâchoire du haut et une autre en bas, et se rendre compte que seule celle du bas est mobile. »

    Travailler avec des balles souples

    Jean-Marc Lefèvre
    Soulager sa nuque. 18/10/2013 - par Isabelle Artus Écouter

    On utilise des petites balles souples placées à des endroits très précis du corps, car cela aide à repérer et sentir la zone que l’on cherche à mettre en mouvement. « En ce qui concerne son propre corps, on est souvent un peu perdu », observe Marie Bertherat. « Ces petites balles servent aussi parfois de cale, pour permettre de mieux poser le corps sur le sol. »

    Un travail corporel et psycho-corporel

    « Quand on commence à remettre en mouvement des zones du corps que l’on avait rigidifiées pour des raisons liées à notre histoire, des émotions surgissent, parfois des larmes, des rires, du froid, une grande chaleur, tout cela évolue au fil de la séance et aussi après », explique Marie Bertherat. « De même qu’il existe le temps du mouvement pendant la séance, il y a le temps où on ne fait rien, allongé ou assis et où ce que l’on vient de faire continue à évoluer. C’est pourquoi on parle de mouvement et non d’exercice en Antigym. Et puis, on est dans l’observation, l’attention à soi », ajoute-t-elle.

    Cette méthode s’adresse-t-elle à tout le monde ? « Je pense qu’elle peut apporter beaucoup et à tout le monde », répond Marie Bertherat. « Il y a cette phrase de ma mère que je trouve à la fois vraie et drôle : "L’Antigymnastique est faite pour tous ceux qui ont un corps, cela fait déjà pas mal de monde.» Tant qu’on est vivant, la musculature est malléable, on peut travailler sur les muscles. Chacun à son rythme, à sa manière. Il n’y a pas de performance en Antigym, ce n’est pas le but : « Ma main, mon genou, ma hanche peuvent retrouver un petit peu plus d’amplitude et peut-être à chaque fois un petit peu plus... Quel plaisir, quel bonheur de sentir que, oui, je peux bouger ! Je ne pouvais pas, et maintenant je peux un peu plus ! »


    ■ Pour approfondir :

    ► VIDEO : Thérèse Bertherat parle de l’Antigymnastique
    ► SITE de l’Antigymnastique

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.