GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Les dérives de l'intérim touchent les travailleurs venus de l’Est

    media La France compte 144 000 ouvriers étrangers. Un quart travaille dans l'intérim, le plus souvent dans le bâtiment et les travaux publics, et dans l'industrie. Reuters

    Dénicher une main-d'œuvre peu chère est une pratique fréquente en temps de crise. Mais quand elle est basée sur un système de rémunération illégal, c'est un abus. Le nombre d'ouvriers venus des pays de l'Est de l'Europe explose en France. Ils ne bénéficient d'aucune protection sociale et de nombreuses irrégularités entourent leur sort. En cause : la régulation européenne, qui laisse ces travailleurs « low cost » à la merci des agences d'intérim de leur pays d'origine.

    La France compte plus de 144 000 ouvriers étrangers. Un quart de ces ouvriers travaille dans l'intérim, le plus souvent dans le bâtiment et les travaux publics, et dans l'industrie. Au cours des dix dernières années, le nombre des intérimaires détachés en France a cru de plus de 3 300% ! Il s'agit principalement de Lettons, de Lituaniens, de Bulgares, de Roumains et de Polonais. Et depuis le début de la crise, le nombre d'Espagnols a été multiplié par quatre.

    Le plus souvent, ces travailleurs sont embauchés par des agences d'intérim établies dans leur pays d'origine. On leur promet un travail et un salaire au SMIC. Mais la plupart de temps, ils n'en voient pas la couleur. Dans la mesure où ils sont rémunérés par l'agence qui les a embauchés, ils touchent tout au plus 600 euros net mensuels, soit la moitié de ce à quoi ils ont droit. Sans compter des conditions d'hébergement déplorables et une absence de couverture sociale. Ainsi, en cas d'accident du travail, les ouvriers payent eux-mêmes les frais d'hospitalisation et de rapatriement.

    L'absence de charges sociales attire les entreprises peu scrupuleuses. François Roux, délégué général du Prisme, une organisation des professionnels de l'intérim, déplore : « Le système consiste à appliquer le salaire français. En revanche, le régime de protection sociale étant extrêmement différent selon les pays en Europe, on peut jouer sur ce différentiel pour obtenir des prix qui sont absolument inatteignables pour des entreprises françaises qui sont, elles, dans la légalité. »

    Ces intérimaires étrangers prennent-ils le travail des Français ?

    Si on regarde les conditions de travail proches de l'exploitation, pas vraiment. Ce ne sont pas les travailleurs étrangers qui prennent le travail des travailleurs français, ce sont les lacunes de la législation européenne qui permettent ce genre d'abus. La législation qui encadre le détachement devrait être renforcée, et les agences locales d'intérim mieux contrôlées, avec par exemple l'obligation d'avoir une antenne française.

    En attendant, il y a des secteurs industriels qui manquent de main-d'œuvre. La France a besoin de 3 000 à 6 000 soudeurs. Une pénurie à laquelle la formation professionnelle ne répond pas.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.